Défi test du radon au Canada

Printer Friendly, PDF & Email

Wednesday, November 28, 2018
Leela Steiner and Anne-Marie Nicol

En général, les professionnels de la santé publique trouvent que l’exposition au radon est un problème difficile à gérer, surtout parce qu’il ne tient qu’aux propriétaires d’analyser ou de faire analyser leur maison. De plus, la grande majorité des gens ne savent pas que le radon représente un risque pour la santé et qu’il est la deuxième cause de cancer du poumon au Canada. La sensibilisation du public est essentielle, mais elle ne suffit pas. Le problème, dans la pratique, c’est qu’on ignore comment amener les collectivités, les praticiens et l’ensemble de la population à se procurer des trousses d’analyse de leur propre gré. Plusieurs facteurs peuvent compliquer le processus, y compris les coûts et la capacité de distribuer les trousses dans les régions éloignées.

Cette année, une solution s’offre à nous en ce mois de la sensibilisation au radon : le défi test du radon. Il s’agit d’un nouveau projet pilote lancé dans le cadre du programme Occupe-toi du radon. Financé par Santé Canada, le projet vise à remettre 100 trousses gratuites d’analyse de radon à des collectivités souhaitant analyser l’air de maisons situées dans des secteurs où la concentration est élevée. Les professionnels de la santé publique, les agents de santé environnementale, le personnel municipal et les organisations à but non lucratif peuvent s’inscrire pour obtenir des trousses pour leur région.

Où puis-je m’inscrire?

Vous pouvez vous inscrire en ligne, mais faites vite parce que les quantités sont limitées cette année. Chaque collectivité participante devra nommer une personne responsable d’organiser la distribution des trousses aux propriétaires et de faire un suivi après 91 jours pour s’assurer qu’elles seront envoyées en laboratoire pour l’analyse.

Le processus est-il compliqué?

Les trousses sont certifiées par Santé Canada et faciles à utiliser. Il suffit d’ouvrir le sac de plastique, de sortir la petite trousse, qui est non toxique, d’inscrire la date et d’attendre au moins trois mois afin d’obtenir un résultat fiable. Il faut installer le détecteur dans une pièce du sous-sol ou du rez‑de‑chaussée fréquentée plus de quatre heures par jour, comme une chambre ou un salon. Une fois la collecte de données terminée, la trousse peut être récupérée et retournée, ou expédiée directement en laboratoire.

Et ensuite?

Pam Warkentin, une des responsables du programme Occupe-toi du radon, est optimiste quant aux retombées possibles du défi : « Nous espérons que le défi test du radon fera augmenter le nombre de municipalités qui sensibilisent leur population au sujet du radon. Nous espérons également que le programme leur donnera les outils nécessaires pour s’attaquer à l’exposition à ce gaz. » On en fait trop peu actuellement, et souvent, c’est parce qu’on manque de données à l’échelle locale. Plus on effectuera d’analyses, plus on aura de données probantes sur les concentrations de radon dans les collectivités, ce qui pourrait nous aider à faire du radon une priorité dans le programme de protection de la santé.

Pour en savoir plus sur le programme et la marche à suivre pour vous inscrire : https://takeactiononradon.ca/100-radon-test-kit-challenge/.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le radon ou des ressources à l’intention des professionnels de la santé publique, consultez la page thématique du CCNSE.

Le CCNSE a récemment produit une vidéo qui montre pourquoi le radon est problématique, comment les gens y sont exposés et ce que les professionnels de la santé publique peuvent faire pour réduire l’exposition et aider à prévenir le cancer. Vous pouvez voir la vidéo ici.