Notions élémentaires sur la transmission du SRAS-CoV-2

Printer Friendly, PDF & Email

[Dernière mise à jour le 21 janvier 2021]

(Précédemment intitulé Introduction au SRAS-CoV-2)

Depuis l’apparition en décembre 2019 d’un nouveau coronavirus, nommé SRAS-CoV-2, une pandémie a été déclarée, et des interventions de santé publique jamais vues ont été mises en place. Le présent document se veut une introduction aux principales caractéristiques et aux modes de transmission du SRAS-CoV-2, et pourra guider la prise de mesures visant à limiter la propagation du virus. Il a été préparé à partir de versions précédentes publiées en avril, en juillet et en novembre 2020 (précédemment intitulé Introduction au SRAS-CoV-2) et présente de nouveaux résultats et des renseignements supplémentaires sur le virus qui pourraient orienter les mesures de santé publique. Les éléments probants présentés ci-dessous s’appuient sur les connaissances actuelles sur les variantes dominantes présentement en circulation. Il sera tenu à jour en fonction des données probantes et des interprétations émergentes.

 

SRAS-CoV-2 génomique et variantes émergentes

Le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) est à l’origine de la COVID-19. Les coronavirus sont génétiquement différents des virus causant la grippe : ce sont des virus à ARN monocaténaire dont l’enveloppe est entourée de spicules formant une couronne, d’où « corona ». D’autres virus de cette famille ont été associés à des épidémies mortelles dans les 20 dernières années, soit le SRAS-CoV-1 et le CoV-SRMO, respectivement responsables du SRAS et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Grâce à l’analyse phylogénétique (évolutionnaire), il a été établi que le SRAS-CoV-2 a fait son apparition chez l’humain en novembre 2019. Depuis, l’observation continue de son génome a révélé de légères mutations permettant de suivre son évolution.

Le taux de mutation constaté pour le SRAS-CoV-2 est significativement inférieur à celui de l’influenza, mais semblable à celui d’autres coronavirus1-3. Le suivi des variantes génomiques peut aider à comprendre la propagation géographique de la maladie4-8. Des milliers de mutations du génome du SRAS-CoV-2 sont apparues depuis le début de la pandémie, les variantes dominantes changeant également avec le temps. La première vague européenne est associée à une variante qui s’est profilée en février 2020 et qui est devenue la forme prédominante à l’échelle mondiale (D614G)4,9. À l’été 2020, deux nouvelles variantes apparues en Espagne comptaient pour la majorité des séquences analysées en Europe (20A.EU1 et 20A.EU2) à la suite d’une période où il était permis de voyager entre de nombreux pays sans exigence de quarantaine10. La fréquence grandissante de certaines variantes dans la population nous indique qu’il y a un avantage sélectif. Toutefois, il n’est pas toujours évident de savoir si les nouvelles mutations peuvent influer sur la transmissibilité ou la virulence11-14. Entre la fin de l’été et le début de l’automne 2020, la variante B.1.1.7 du SRAS-CoV-2 est apparue au Royaume-Uni. Elle a suscité beaucoup d’inquiétudes en raison de sa transmission rapide et du fait que les premières estimations laissaient supposer qu’elle était entre 50 % et 70 % plus contagieuse que les autres variantes15-17. À la mi-janvier 2021, la variante B.1.1.7 a été détectée dans plus de 55 pays, et elle représente actuellement la souche dominante dans plusieurs régions du Royaume-Uni18. Elle ne semble toutefois pas entraîner de symptômes plus graves que les autres variantes. D’ailleurs, une variante (B.1.351) ayant certaines mutations en commun avec celle du Royaume-Uni est apparue en Afrique du Sud et y est devenue la souche dominante suite à une hausse rapide de la transmission12,19. Les mutations des protéines de spicule du virus, qui permettent notamment au virus de se fixer au récepteur de la cellule hôte, peuvent expliquer l’augmentation apparente de la transmissibilité de ces variantes. D’autres variantes émergentes au Brésil (P.1), au Nigeria, aux États-Unis et dans d’autres pays font présentement l’objet d’un suivi attentif19.

L’évolution du virus dans diverses régions fait l’objet de recherches pour en déterminer l’effet sur la transmissibilité, la gravité de la maladie, la difficulté de détection, l’immunité conférée par la vaccination, ou la réceptivité aux traitements3-8,11,19. La détermination des effets des mutations génomiques sur la santé et les données épidémiologiques peut orienter la prise de mesures de santé publique et la mise au point de vaccins et de traitements1,5. L’augmentation potentielle de la transmissibilité souligne l’importance de suivre les mesures mises en place par les autorités de santé publique comme le port du masque, la distanciation physique et les limites pour les rassemblements sociaux.

 

Symptômes et gravité de la maladie

Symptômes

Les symptômes de la COVID-19 les plus signalés sont les suivants : nouvelle toux ou toux qui s’aggrave, fièvre ou température égale ou supérieure à 38 °C, essoufflement ou difficulté à respirer, fatigue ou faiblesse, perte d’appétit et perte de l’odorat ou du goût20. Parmi les symptômes moins fréquemment signalés, on retrouve les maux de gorge, les douleurs musculaires, les étourdissements, les maux de tête, la nausée, les vomissements et la diarrhée. Dans certains cas graves, la maladie peut dégénérer en pneumonie fatale20-22. Chez les enfants, les symptômes signalés sont similaires à ceux des adultes, mais ils ont tendance à être moins graves. Par ailleurs, les symptômes abdominaux et les changements ou les éruptions cutanés seraient plus souvent rapportés chez les enfants21.

La gravité de la maladie varie d’une personne à l’autre; certaines personnes atteintes de la COVID-19 ne présentent aucun symptôme et, dans bien d’autres cas, les symptômes sont légers20,22. Certaines formes plus graves pourraient être dues à une réponse immunitaire au SRAS-CoV­2 plutôt qu’à l’infection. Une réponse immunitaire importante donne parfois lieu à une réaction hyperinflammatoire pouvant entraîner des conséquences particulièrement graves23,24. Les personnes âgées, les personnes obèses, les fumeurs, les personnes immunosupprimées et les personnes ayant des problèmes de santé, par exemple le diabète, une cardiopathie ou un cancer, sont les plus susceptibles d’être hospitalisées ou de mourir des suites de la COVID-1925-27. Les personnes atteintent de comorbidités multiples telles que le syndrome de Down en sont également plus susceptibles28. La maladie peut aussi toucher certains groupes de façon disproportionnée en raison d’inégalités en matière de santé associées à des facteurs socioéconomiques29.

En date du 11ème janvier 2021, environ 7,6 % des personnes atteintes de la COVID-19 au Canada avaient dû être hospitalisées, parmi lesquelles 18,3 % avaient dû être admises aux soins intensifs et 3,5 % avaient eu besoin de ventilation mécanique30. Il s’agit d’une réduction du pourcentage de cas nécessitant l’hospitalisation ou l’admission aux soins intensifs par rapport au début de la pandémie. Des recherches sont en cours pour caractériser la relation entre la charge virale et la gravité de la maladie31. Les patients ayant une charge virale élevée semblent présenter des symptômes plus graves que les autres personnes infectées, et excréter plus de particules virales sur une plus longue période32. Une charge virale plus élevée correspond aussi à un taux de mortalité plus élevé33.

Durée de la maladie et séquelles à long terme

La durée de la maladie varie d’environ deux semaines, pour les cas légers, à de trois à six semaines pour les cas graves ou critiques. Certains patients présentent des symptômes (séquelles) à long terme après six semaines, ce que certains appellent la « COVID-19 de longue durée »34. Il est établi que l’âge, les problèmes de santé chroniques et l’obésité sont des facteurs prédictifs importants de la persistance des symptômes, laquelle est aussi associée à l’hospitalisation35,36. Parmi les symptômes qui peuvent perdurer, citons la fatigue, la toux, les difficultés respiratoires, les maux de tête et les douleurs articulaires, ainsi que plusieurs des symptômes courants énumérés plus tôt. Il est à noter que la majorité des personnes qui présentent des symptômes à long terme en éprouvent plusieurs35,37. On a aussi observé des lésions au muscle cardiaque, la cicatrisation d’alvéoles, des déséquilibres endocriniens et métaboliques, des effets neurologiques, des accidents vasculaires cérébraux et des crises épileptiques36,38,39. Dans les cas moins graves, les personnes qui se sont rétablies de la COVID-19 peuvent également présenter des symptômes à long terme. C’est pourquoi plusieurs études examinent la possibilité que le virus déclenche des affections à long terme comme le syndrome de fatigue chronique34.

Taux de létalité

Le taux de létalité de la COVID-19 varie à l’échelle mondiale et nationale; cela est dû en partie à la détection des cas et à l’épidémiologie locale. Les cas ne sont pas tous recensés. Il est donc possible que l’incidence soit sous-estimée et que le taux de létalité soit surestimé. En date du 18 janvier 2021, ce dernier se chiffrait à environ 2,5 % au Canada, avec une majorité des cas (67,8 %) et des décès (80,1 %) survenant en Ontario et au Québec. Les plus hauts taux enregistrés en Nouvelle-Écosse (4,2%), au Québec (3,7 %), au Manitoba (2,8%), et en Ontario (2,3 %).30 Aucun décès n’était recensé à l’Île-du-Prince-Édouard ou les Territoires du Nord-Ouest.

La COVID-19 chez les enfants

La COVID-19 est moins prévalente chez les enfants, qui présentent également des symptômes moins graves40-44. Les données probantes laissent également penser que les enfants infectés sont plus susceptibles d’êtres asymptomatiques que les adultes. Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les modes de transmission chez les enfants45. En date du 15 janvier 2021, les personnes âgées de 19 ans et moins comptaient pour 16,1 % des cas au Canada, représentant un peu plus de 109 000 cas30. Parmi ceux-ci, on a recensé 580 hospitalisations et 83 admissions aux soins intensifs, ainsi que 3 décès. Les données de plusieurs provinces indiquent que l’incidence de la maladie est inférieure chez les enfants de moins de 10 ans que chez les adolescents (11 à 19 ans)46-48. Les enfants de moins d’un an ou qui ont des troubles de santé sous-jacents peuvent être plus malades que les autres, mais il n’en demeure pas moins que le taux de mortalité est bien plus élevé chez les adultes43. Dans de très rares cas, il se développe un trouble inflammatoire multisystémique de l’enfant associé à la COVID-19, qui se manifeste notamment par la présence de fièvre ou d’inflammation et peut toucher les systèmes cardiaque, rénal, respiratoire, hématologique, gastro-intestinal, dermatologique ou neurologique49-52. Par rapport aux adultes, les enfants qui éprouvent de graves symptômes restent moins longtemps hospitalisés, nécessitent moins de ventilation mécanique et présentent un taux de mortalité moindre49.

 

Dynamiques de transmission

Taux de transmission

Le taux de reproduction de base d’une maladie contagieuse, ou R0, est l’estimation, au début de sa propagation, du nombre de cas secondaires associés à un cas primaire en l’absence d’immunité, de vaccin et de mesures de prévention, pour une population donnée. Quand le R0 est supérieur à 1, il est probable que le nombre de personnes infectées augmentera. Au fil du temps, le taux de reproduction efficace (Rt) change avec l’augmentation du nombre d’infections et l’instauration de mesures de santé publique visant à limiter la propagation. Des facteurs tels que l’apparition de nouvelles variantes possédant différents niveaux de transmission peuvent affecter le Rt. Par leurs interventions, les autorités de santé publique tentent d’abaisser le Rt afin qu’il soit inférieur à 1, ce qui indiquerait l’essoufflement de la flambée et sa fin éventuelle53. Le suivi de l’évolution du Rt est utile pour évaluer l’efficacité des mesures de santé publique.

L’Organisation mondiale de la Santé a d’abord estimé le R0 du SRAS-CoV-2 entre 1,4 et 2,554 mais une étude subséquente a obtenu un R0 moyen de 3,2855. Au début du processus épidémique, chaque personne infectée pourrait en contaminer autour de trois. Le Rt est une moyenne et varie selon l’endroit et les modes de transmission locale au fil du temps56,57. Il ne tient généralement pas compte des cas secondaires asymptomatiques, à moins qu’un dépistage massif ait permis de les détecter58. Au début de la pandémie, en mars 2020, on estime que le Rt au Canada était supérieur à 2. Après l’adoption massive de mesures de santé publique visant à freiner la transmission, il a chuté sous 1 de la fin avril à la fin juin 2020, et a tourné autour de ce chiffre jusqu’à la fin de juillet. Toutefois, une légère tendance à la hausse est survenue de la mi-août jusqu’au début de l’automne où le Rt est demeuré supérieur à 159. En date du 17 janvier 2021, le Rt était stable ou décroissant dans plusieurs provinces et territoires, excepté en Ontario et en Saskatchewan60.

Voies de transmission

Il semble que le SRAS-CoV-2 infecte une cellule hôte en se liant à des récepteurs de l’ACE2, qui sont présents sur divers tissus corporels, notamment dans les cellules épithéliales des voies respiratoires, des poumons, des intestins, des reins et des vaisseaux sanguins23. Le virus se réplique principalement dans les tissus des voies respiratoires supérieures61. Habituellement le SRAS-CoV-2 se transmet au cours d’un contact étroit et prolongé avec une personne infectée. La grande majorité des flambées de COVID-19 sont survenues dans des lieux intérieurs; elles ont souvent été associées à des contacts étroits à domicile ou dans des endroits fermés où de nombreuses personnes se côtoyaient pendant une longue période62-65. La transmission se ferait surtout par l’exposition aux gouttelettes respiratoires et aux aérosols produits par une personne infectée66-73. D’autres voies (p. ex., vecteurs passifs) pourraient être possibles, mais ne sont pas considérées comme importantes.

Transmission par particules projetées

Les mouvements respiratoires puissants comme la toux ou l’éternuement pouvant projeter une pluie d’aérosols et de gouttelettes de différentes tailles, le contact étroit avec une personne infectée peut entraîner une exposition au virus. Des données probantes tirées d’études menées sur des animaux ont démontré que la transmission par contact étroit est plus efficace qu’une transmission indirecte à distance74-76. En effet, la proximité augmente le risque d’exposition aux grosses gouttelettes (par ex., >5-10 . On considère que les grosses gouttelettes sont projetées à moins d’un mètre avant de tomber au sol, ce qui explique la distance d’éloignement sanitaire de deux mètres préconisée pour limiter la contagion dans la population générale73,79-81. À l’heure actuelle, les données probantes indiquent que les mesures prises pour limiter la propagation des gouttelettes respiratoires, à savoir l’éloignement sanitaire et le port du masque, ont mené à une réduction des cas82,83.

Les particules projetées lors de mouvements respiratoires moins puissants, par exemple le fait de respirer normalement ou fortement, de parler, de chanter, de crier ou de rire, sont essentiellement des aérosols de moins de 5 µm de diamètre. La transmission par ces aérosols pourrait être une voie de contagion importante77,84-88. Les aérosols peuvent demeurer suspendus dans l’air plus longtemps et être transportés par les courants d’air ambiant sur de plus longues distances que les grosses gouttelettes66,84,89. En laboratoire, la période de viabilité du SRAS-CoV-2 dans l’air, à courte distance, s’élève à plusieurs heures, et lors d’études sur le terrain, des particules virales viables ont été détectées dans des échantillons d’air prélevés à plus de deux mètres d’un patient atteint de la COVID-1968,90,91. La transmission par aérosols respiratoires sur des distances supérieures à deux mètres pourrait se produire dans des contextes où les particules s’accumulent dans des pièces fermées mal ventilées où de nombreuses personnes sont rassemblées et se tiennent à proximité les unes des autres pendant une longue période63,78,92. Les mesures de contrôle pour ce type de transmission pourraient compter largement sur la réduction du nombre de personnes présentes, sur la réduction de la durée des interactions à l’intérieur et sur une bonne ventilation93,94.

Transmission par contact avec des surfaces

Le contact de la main avec une surface contaminée (vecteur passif) suivi du contact avec les yeux, la bouche ou le nez est un autre mode de transmission reconnu du SRAS-CoV-2, quoiqu’il ne s’agisse pas du mode principal. Les surfaces peuvent devenir des vecteurs passifs quand des gouttelettes, des aérosols, des expectorations ou des matières fécales s’y déposent, soit directement, soit indirectement par contact de la main après avoir touché un objet contaminé.

Le risque de transmission par contact avec des vecteurs passifs n’est pas clairement défini et pourrait dépendre de la concentration de particules virales viables et de la période de viabilité du virus sur la surface concernée ainsi que de la quantité de particules virales transférées lors du toucher des yeux, de la bouche ou du nez. Plusieurs études ont tenté d’évaluer la présence de particules virales viables sur les surfaces90,95-97. Il semble que le virus demeure viable plus longtemps (d’un à sept jours et plus) sur les surfaces dures et lisses comme l’acier inoxydable, le plastique rigide, le verre et la céramique, et moins longtemps (de plusieurs heures à deux jours) sur les matériaux poreux comme le papier, le carton et les tissus, mais sa viabilité pourrait aussi dépendre d’autres facteurs tels que la température90,95-102. Sa survie est courte (quelques heures) sur le cuivre, l’aluminium et le zinc90,97. Une étude expérimentale sur la persistance sur la peau à température ambiante a démontré que le SRAS-CoV-2 demeurait stable sur la peau de porc pendant un maximum de 96 heures (22 °C),99 alors qu’une étude sur la peau humaine a démontré qu’un virus viable ne pouvait y être détecté que pendant 10 heures (25 °C)103. Dans quelques rares études, on a détecté des particules virales viables en contexte réel, où les variations de facteurs environnementaux comme la température, le rayonnement ultraviolet et l’humidité sont susceptibles d’influer sur la viabilité95,104-106. Lors d’études observationnelles, l’ARN du virus a été détecté sur diverses surfaces d’endroits fréquentés par des personnes atteintes de la COVID‑19, par exemple des hôpitaux et des locaux de quarantaine107. Dans bon nombre des cas, on ne sait pas si ce qui a été détecté constituait une source viable de virus, puisque la plupart de ces études ne comportaient pas de culture du virus. Les mesures d’hygiène des mains ainsi que le nettoyage et la désinfection des surfaces réduisent la probabilité de transmission par contact108-114.

Transmission par les selles

Le SRAS-CoV-2 est excrété dans les selles. De grandes concentrations de SRAS-CoV-2 ont été détectées dans les selles des patients gravement atteints par la COVID-19 et des particules virales peuvent y être détectées bien après que les échantillons prélevés dans les voies respiratoires aient été déclarés négatifs115,116. Plusieurs études ont révélé la présence de l’ARN du virus dans les selles, mais seules quelques-unes ont détecté des particules infectieuses116-120. On a aussi détecté l’ARN du virus dans les toilettes de patients atteints de la COVID-19, mais on n’y a trouvé aucune particule virale viable à ce jour70-72. Pour le moment, les données sont insuffisantes pour déterminer si la voie fécale-orale (contact de particules fécales d’une autre personne avec la bouche, contamination fécale de la nourriture) contribue à la progression de la pandémie actuelle. La transmission par aérosols fécaux a contribué à une grappe de cas dans un gratte-ciel de Guangzhou, en Chine, et l’exposition aux eaux d’égout est associée à une flambée dans une zone défavorisée de cette même ville, mais aucune étude n’a pu établir définitivement qu’il y avait eu transmission par la voie fécale-orale121,122. La transmission par les bouches d’aération des salles de bain a également été soulevée dans 10 cas détectés dans un immeuble d’habitation à Séoul, en Corée du Sud. Toutefois, il n’est pas possible de conclure que cette transmission était due aux aérosols fécaux123.

Transmission zoonotique

Comme pour le SRAS et le SRMO, on croit que l’hôte initial du SRAS-CoV-2 serait la chauve-souris, mais que le virus pourrait avoir été transmis à un autre mammifère avant d’infecter l’humain; l’origine du transfert à l’homme est encore inconnue124,125. Des expériences ont montré que le SRAS­CoV­2 peut infecter plusieurs espèces de mammifères, dont le furet, le chat et le chien, et on a détecté le virus chez quelques animaux de compagnie et de zoo ainsi que chez des visons d’élevage125-128. Il existe peu de données probantes sur sa transmission des animaux aux humains. Néanmoins, on a recensé des cas de transmission de l’humain à des animaux, puis de retransmission à l’humain dans des visonnières du Pays-Bas et du Danemark, ce qui a donné lieu à une élimination à grande échelle des visons d’élevage129. Des visonnières en Espagne, en Suède, en Italie et aux États-Unis ont aussi connu des flambées de COVID-19130. Entre juin et novembre 2020, le Danemark a recensé 214 cas humains associés à des visons. Douze d’entre eux, relevés le 5 novembre, étaient dus à une variante unique présentant une sensibilité réduite aux anticorps neutralisants chez l’humain, ce qui a provoqué l’abattage planifié de toute la population de vison du Danemark en vue d’empêcher toute autre transmission de cette variante à l’humain131. En décembre 2020, une éclosion de COVID-19 a été déclarée dans un élevage de visons en Colombie-Britannique. Un total de 17 personnes ont été infectées lors de cette éclosion. Les analyses génétiques qui ont suivi ont démontré que le virus a été transmis de l’humain aux animaux, mais pas dans le sens contraire132,133. Partout dans le monde, on continue de recenser et de surveiller les cas de transmission zoonotique afin de comprendre les modes de transmission et le risque pour les humains.

Autres voies de transmission

Jusqu’à maintenant, aucune recherche ne donne à penser qu’il existe d’autres modes de transmission que ceux décrits ci-dessus. La transmission par les membranes conjonctives (yeux ou larmes) et la transmission verticale (d’une mère à son fœtus) seraient possibles, mais probablement peu fréquentes134-136. Les transmissions alimentaires et sexuelles ainsi que les transmissions par d’autres fluides corporels, comme le sang, l’urine et le lait maternel, ont d'ailleurs peu de chances de survenir125,137,138.

Dose infectieuse

On ignore toujours quelle dose de particules de SRAS-CoV-2 entraîne une infection125.  L’efficacité de la transmission virale lors de l’exposition dépend de la quantité de particules virales infectieuses inhalées et de la durée de l’exposition pour un cas secondaire. L’infection peut être causée par une brève exposition à une dose concentrée du virus infectieux ou une exposition prolongée à une dose plus faible. Les premières données probantes, tirées d’études menées sur des animaux, suggèrent que cette dose varie selon les espèces, mais qu’elle pourrait se situer légèrement au-delà de quelques centaines de particules virales74,76,139-142. Ce seuil est légèrement plus élevé que pour le SRAS‑CoV‑1, mais plus faible que pour le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Au moment de la rédaction du présent rapport, aucune étude visant à déterminer la dose infectieuse n’avait été réalisée chez l’humain, mais il était prévu de commencer des essais sur les humains en 2021 au Royaume-Uni en vue de trouver la dose minimale nécessaire à la contraction de l’infection143. Une étude prépubliée de modélisation réalisée par Goyal et coll. (2020) a montré que l’exposition à une personne infectée ayant une charge virale inférieure à 105 copies d’ARN du SRAS-CoV-2  est peu susceptible de mener à une transmission. Il est toutefois plus probable qu’une transmission survienne si l’exposition comporte une charge virale supérieure à 107 copies d’ARN du SRAS-CoV-2144. Ainsi, une augmentation de la charge virale et du nombre de contacts de la personne infectée représente un risque de transmission secondaire plus élevé145. Des études chez les animaux ont révélé que la dose infectieuse et la distribution du virus dans l’hôte peuvent différer selon le mode d’infection125,134. Des données probantes laissent aussi croire que la gravité de la maladie pourrait varier selon la dose d’inoculum (le nombre de particules infectieuses à laquelle une personne est exposée par les gouttelettes respiratoires, les aérosols ou le contact avec un vecteur passif)145-147.

Moments propices à la transmission

Les personnes infectées peuvent transmettre le virus avant de présenter des symptômes (transmission présymptomatique) et quand elles sont symptomatiques. Il semble que la contagiosité soit maximale environ un jour avant l’apparition des symptômes125,148. La période d’incubation (le délai entre l’exposition au virus et l’apparition des symptômes) moyenne est estimée à environ 5 jours149,150. Les modèles indiquent qu’elle varierait entre 2 et 11 jours (entre le 2,5e centile et le 97,5e centile)151,152.

Transmission présymptomatique et asymptomatique

Depuis le début de la pandémie, on rapporte des cas de transmission présymptomatique (durant la période d’incubation d’une personne infectée) et de transmission asymptomatique (par une personne infectée qui ne présentera jamais de symptômes) dans différentes régions du monde64,153-158. Les personnes en phase présymptomatique sont contagieuses à partir d’environ trois jours avant l’apparition des symptômes148,157. La période de transmission asymptomatique fait toujours l’objet d’études159,160. L’incidence précise de ces types de transmission sur l’importance de leur rôle dans la propagation du virus reste à déterminer, mais pourrait être importante selon une modélisation récente réalisée par Johannsen et coll. (2020) estimant qu’au moins 50 % des transmissions pourraient être causées par des personnes asymptomatiques161-163. La quantité de particules infectieuses excrétées n’est cependant pas bien caractérisée, puisque la transmission par le principal mode (grosses gouttelettes respiratoires) est limitée en l’absence de toux et d’éternuements156. D’autres voies, dont la transmission par de petites gouttelettes respiratoires produites lorsqu’une personne infectée respire, parle, rit ou chante, joueraient un rôle accru dans la transmission présymptomatique et asymptomatique83. Pour l’instant, il semble que la transmission asymptomatique soit plus probable quand deux personnes ont un contact étroit et prolongé, par exemple entre membres d’une même famille : l’exposition peut survenir quand ils partagent un repas ou se parlent, et par contact avec les mêmes objets et surfaces d’usage courant64,158,164,165.

Transmission symptomatique

Selon les données probantes, si la contagiosité est maximale juste avant l’apparition des symptômes, la plupart des transmissions se produiraient durant la phase symptomatique164. La charge virale atteint son sommet peu après l’apparition des symptômes au début de la maladie, alors que le taux de transmission est possiblement aussi le plus élevé, et diminue environ une semaine plus tard23,166,167.

Les personnes symptomatiques peuvent transmettre le virus des jours, voire des semaines après avoir développé leurs premiers symptômes, quoique la plupart ne sont plus infectieuses après huit à dix jours61,152,168-170. Des particules virales infectieuses ont été détectées après plus de 30 jours chez quelques rares cas graves ou critiques168. La quantité de particules virales contenue dans les gouttelettes et les aérosols d’une personne infectée varie selon la charge virale présente dans les différentes parties des voies respiratoires et selon le stade de la maladie. On a découvert qu’elle était plus élevée durant les premiers stades, et que les expectorations d’une personne infectée étaient plus chargées que sa gorge160,166.  On a évalué que la charge virale médiane correspondait à une concentration de 104 à 106 unités par ml de liquide respiratoire (la concentration moyenne des échantillons était de 106 unités par ml, et la concentration de certains échantillons pouvait atteindre 1011 par ml)61,166,167,171,172. Les superémetteurs, qui projettent un plus grand nombre de gouttelettes respiratoires, pourraient être plus susceptibles de transmettre le virus à d’autres, surtout si leur charge virale est plus élevée173. Le séquençage génomique a aidé à déterminer que le SRAS-CoV-2 tend à se propager par grappes plutôt qu’en continu, et de plus en plus de données probantes indiquent qu’un petit nombre de gens sont responsables d’un grand nombre d’infections56,174,175.

Les personnes ayant contracté la COVID-19 peuvent continuer d’émettre des particules virales après la période de contagiosité et la disparition des symptômes61,152,169. L’émission à long terme de l’ARN du virus pourrait expliquer que certains patients ont reçu un diagnostic positif après avoir obtenu des résultats apparemment négatifs à un test de détection de l’ARN169,176. La réinfection est possible, mais rare, et l’analyse génomique a permis de distinguer l’émission à long terme découlant d’une première infection de la présence d’une deuxième infection177,178

 

Sensibilité du SRAS-CoV-2 aux facteurs environnementaux

Des études en cours visent à expliquer l’incidence sur la persistance du SRAS-CoV-2 de divers facteurs environnementaux, notamment la température, l’humidité et le rayonnement ultraviolet, ainsi que des combinaisons de ces facteurs.

Température

Des recherches empiriques indiquent une désactivation plus efficace du SRAS-CoV-2 à température élevée. Des expériences utilisant des suspensions virales n’ont relevé qu’une diminution minime du nombre de copies virales après 14 jours à 4 °C, mais aucune particule viable ne restait après 4 jours à 22 °C, moins d’une journée à 37 °C, moins de 30 minutes à 56 °C et moins de 5 minutes à 70 °C95,179,180. Des études de la persistance du SRAS-CoV-2 sur diverses surfaces (peau, billets de banque et vêtements) ont aussi montré que le virus demeurait stable beaucoup plus longtemps à 4 °C qu’à 22 °C et qu’à 37 °C 99. Une étude sur la persistance du SRAS-CoV-2 dans le lait a révélé qu’aucune particule viable ne restait après la pasteurisation à des températures de 56 °C et de 63 °C pendant 30 minutes; par contre, aucune diminution n’a été détectée après un entreposage de 48 heures à une température de 4 °C, et une diminution minime après 48 heures à -30 °C181.

Humidité

L’humidité pourrait influencer la transmission du virus par ses effets sur le déplacement et le taux de dégradation des gouttelettes, et sur la vulnérabilité des personnes à l’infection182. Dans un endroit humide, l’évaporation du liquide contenu dans les gouttelettes peut être ralentie, ce qui réduit l’aérosolisation et accélère la chute des gouttelettes vers le sol et leur dépôt sur les surfaces. Le risque de transmission par vecteurs passifs peut en être accru si les gouttelettes déposées restent viables. À l’inverse, dans un milieu sec, l’évaporation peut être accélérée, ce qui accroît le nombre d’aérosols dispersés183. Ainsi, les transmissions d’aérosols sont plus susceptibles de se produire dans les milieux très secs que dans ceux très humides184. L’humidité peut aussi influencer la persistance du virus, tel qu’il a été démontré pour d’autres coronavirus; la viabilité décroît si la température et l’humidité augmentent, et l’infectiosité peut être prolongée en conditions fraîches et sèches179,182. Ces corrélations ont été démontrées par des études expérimentales du SRAS-CoV-2 dans les aérosols et sur les surfaces, mais l’effet est aussi variable selon l’indice UV : plus ce dernier est élevé, moins l’influence de la température et de l’humidité est importante185,186. L’humidité peut par ailleurs modifier la vulnérabilité des systèmes respiratoires à l’infection virale, puisque l’air sec réduit l’efficacité du revêtement muqueux des voies respiratoires contre les infections182.

Rayonnements lumineux et ultraviolet (UV) 

Il a été démontré, en contexte clinique et dans des conditions contrôlées, que le rayonnement UV pouvait réduire les charges virales des virus respiratoires, y compris le SRAS-CoV-1187,188. L’effet germicide se produit entre 200 à 320 nm, ce qui couvre l’étendue des rayons UV produits par la lumière du soleil (UVB, 280 à 320 nm) et des lampes UV à utilisation spécifique (UVC, inférieur à 280 nm). Il a été démontré que les rayons solaires UVB ont un effet désinfectant lors d’une exposition à un indice UV élevé durant une période prolongée189. Plus efficace encore, la désinfection aux rayons UVC permet la désactivation des virus à ARN double brin enveloppés190-193. L’utilisation du rayonnement UV a également été suggérée comme méthode de décontamination de l’équipement de protection individuelle (EPI) contaminé par le SRAS-CoV-2106,194,195. Selon les premiers résultats, les UV décontamineraient mieux les surfaces lisses, par exemple l’acier, que les tissus et autres matières poreuses196. L’utilisation des rayons UVC pour la désinfection présente certains risques, puisque les rayons UVC peuvent causer des lésions cutanées ou oculaires. Des études complémentaires seront nécessaires afin de déterminer la dose optimale requise pour la désactivation du SRAS-CoV-2 et l’utilisation sûre des UVC dans les espaces publics.

L’information contenue dans la présente étude repose sur la compréhension et les interprétations de la littérature au moment de la rédaction. La transmission et la progression de la maladie sont encore mal comprises et font l’objet d’études, notamment en ce qui a trait à l’effet des variantes émergentes sur les modes de transmission. Le présent document sera tenu à jour en fonction des données de recherche et des interprétations émergentes. D’autres ressources de santé environnementale liées à la COVID-19 sont présentées sur notre page thématique sur le sujet.

 

References

 

  1. Day T, Gandon S, Lion S, Otto SP. On the evolutionary epidemiology of SARS-CoV-2. Curr Biol. 2020;30(15):R849-R57. Available from: https://doi.org/10.1016/j.cub.2020.06.031.
  2. Johns Hopkins University and Medicine. SARS-CoV-2 genetics. Baltimore, MD: Johns Hopkins University and Medicine; 2020 Apr 16. Available from: https://www.centerforhealthsecurity.org/resources/COVID-19/COVID-19-fact-sheets/200128-nCoV-whitepaper.pdf.
  3. Bedford T, Neher R, Hadfield J, Hodcroft E, Sibley T, Huddleston J, et al. Nextstrain SARS-CoV-2 resources. 2020; Available from: https://nextstrain.org/sars-cov-2.
  4. Korber B, Fischer WM, Gnanakaran S, Yoon H, Theiler J, Abfalterer W, et al. Tracking changes in SARS-CoV-2 spike: evidence that D614G increases infectivity of the COVID-19 virus. Cell. 2020 Jul 3. Available from: https://doi.org/10.1016/j.cell.2020.06.043.
  5. Grubaugh ND, Hanage WP, Rasmussen AL. Making sense of mutation: what D614G means for the COVID-19 pandemic remains unclear. Cell. 2020 Jul 3. Available from: https://doi.org/10.1016/j.cell.2020.06.040.
  6. Hemarajata P. SARS-CoV-2 sequencing data: The devil is in the genomic detail. Am Soc Microbiol. 2020 Oct 28. Available from: https://asm.org/Articles/2020/October/SARS-CoV-2-Sequencing-Data-The-Devil-Is-in-the-Gen.
  7. Page AJ, Mather AE, Le Viet T, Meader EJ, Alikhan N-FJ, Kay GL, et al. Large scale sequencing of SARS-CoV-2 genomes from one region allows detailed epidemiology and enables local outbreak management. medRxiv. 2020 Nov 16. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.09.28.20201475.
  8. Worobey M, Pekar J, Larsen BB, Nelson MI, Hill V, Joy JB, et al. The emergence of SARS-CoV-2 in Europe and North America. Science. 2020;370(6516):564-70. Available from: https://science.sciencemag.org/content/sci/370/6516/564.full.pdf.
  9. Koyama T, Platt D, Parida L. Variant analysis of SARS-CoV-2 genomes. Bull World Health Organ. 2020;98:495-504. Available from: http://dx.doi.org/10.2471/BLT.20.253591.
  10. Hodcroft EB, Zuber M, Nadeau S, Comas I, Gonzalez Candelas F, Stadler T, et al. Emergence and spread of a SARS-CoV-2 variant through Europe in the summer of 2020. medRxiv. 2020 Nov 27. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.10.25.20219063.
  11. Hou YJ, Chiba S, Halfmann P, Ehre C, Kuroda M, Dinnon KH, et al. SARS-CoV-2 D614G variant exhibits efficient replication ex vivo and transmission in vivo. Science. 2020;370(6523):1464-8. Available from: https://doi.org/10.1126/science.abe8499.
  12. Tegally H, Wilkinson E, Giovanetti M, Iranzadeh A, Fonseca V, Giandhari J, et al. Emergence and rapid spread of a new severe acute respiratory syndrome-related coronavirus 2 (SARS-CoV-2) lineage with multiple spike mutations in South Africa. medRxiv. 2020 Dec 22. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.12.21.20248640.
  13. Volz E, Hill V, McCrone JT, Price A, Jorgensen D, O’Toole Á, et al. Evaluating the effects of SARS-CoV-2 spike mutation D614G on transmissibility and pathogenicity. Cell. 2021;184(1):64-75.e11. Available from: https://doi.org/10.1016/j.cell.2020.11.020.
  14. van Dorp L, Richard D, Tan CCS, Shaw LP, Acman M, Balloux F. No evidence for increased transmissibility from recurrent mutations in SARS-CoV-2. Nat Commun. 2020;11(1):5986. Available from: https://doi.org/10.1038/s41467-020-19818-2.
  15. Davies N, Barnard R, Jarvis C, Kucharski A, Munday J, Pearson C, et al. Estimated transmissibility and severity of novel SARS-CoV-2 variant of concern 202012/01 in England. Preliminary report. London, UK: Centre for Mathematical Modelling of Infectious Diseases, London School of Hygiene and Tropical Medicine; 2020 Dec 31. Available from: https://cmmid.github.io/topics/covid19/reports/uk-novel-variant/2020_12_31_Transmissibility_and_severity_of_VOC_202012_01_in_England_update_1.pdf.
  16. European Centre for Disease Control and Prevention. Rapid increase of a SARS-CoV-2 variant with multiple spike protein mutations observed in the United Kingdom Stockholm, Sweden: ECDC; 2020 Dec 20. Available from: https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/threat-assessment-brief-rapid-increase-sars-cov-2-variant-united-kingdom.
  17. Volz E, Mishra S, Chand M, Barrett JC, Johnson R, Geidelberg L, et al. Transmission of SARS-CoV-2 lineage B.1.1.7 in England: insights from linking epidemiological and genetic data. medRxiv. 2021 Jan 4. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.12.30.20249034.
  18. Public Health Ontario. COVID-19 UK variant VOC-202012/01 - what we know so far. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Dec 29. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/2020/12/what-we-know-uk-variant.pdf?la=en.
  19. US Centers for Disease Control. Emerging SARS-CoV-2 variants. Atlanta GA: US Department of Health & Human Services; 2021 Jan 15. Available from: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/more/science-and-research/scientific-brief-emerging-variants.html.
  20. Public Health Agency of Canada. COVID-19 signs, symptoms and severity of disease: A clinician guide. Ottawa, ON: PHAC; 2020 Sep 18. Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/guidance-documents/signs-symptoms-severity.html.
  21. Public Health Agency of Canada. Coronavirus disease (COVID-19): symptoms and treatment. Ottawa, ON: PHAC; 2021 [updated Jan 18]; Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/symptoms.html.
  22. Harvard Health Publishing. COVID-19 basics. Symptoms, spread and other essential information about the new coronavirus and COVID-19. Boston, MA: Harvard Medical School; 2021 Jan 12. Available from: https://www.health.harvard.edu/diseases-and-conditions/covid-19-basics.
  23. Cevik M, Kuppalli K, Kindrachuk J, Peiris M. Virology, transmission, and pathogenesis of SARS-CoV-2. BMJ. 2020;371:m3862. Available from: https://doi.org/10.1136/bmj.m3862.
  24. Tang Y, Liu J, Zhang D, Xu Z, Ji J, Wen C. Cytokine storm in COVID-19: the current evidence and treatment strategies. Front Immunol. 2020;11:1708. Available from: https://doi.org/10.3389/fimmu.2020.01708.
  25. Engin AB, Engin ED, Engin A. Two important controversial risk factors in SARS-CoV-2 infection: obesity and smoking. Environ Toxicol Pharmacol. 2020 Aug;78:103411. Available from: https://doi.org/10.1016/j.etap.2020.103411.
  26. Jordan RE, Adab P. Who is most likely to be infected with SARS-CoV-2? Lancet Infect Dis. 2020 May 15. Available from: https://dx.doi.org/10.1016%2FS1473-3099(20)30395-9.
  27. Niedzwiedz CL, O’Donnell CA, Jani BD, Demou E, Ho FK, Celis-Morales C, et al. Ethnic and socioeconomic differences in SARS-CoV-2 infection: prospective cohort study using UK Biobank. BMC Med. 2020;18(1):160. Available from: https://doi.org/10.1186/s12916-020-01640-8.
  28. Clift A, Coupland C, Keogh R, Hemingway H, Hippisley-Cox J. COVID-19 mortality risk in down syndrome: results from a cohort study of 8 million adults. Ann Intern Med. 2020 Oct 21. Available from: https://doi.org/10.7326/M20-4986.
  29. Public Health Agency of Canada. From risk to resilience: An equity approach to COVID-19. Chief Public Health Officer of Canada's report on the state of public health in Canada 2020. Ottawa, ON: PHAC; 2020 Nov 3. Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/corporate/publications/chief-public-health-officer-reports-state-public-health-canada/from-risk-resilience-equity-approach-covid-19.html#a2.
  30. Public Health Agency of Canada. Coronavirus disease 2019 (COVID-19): Epidemiology update. Ottawa, ON: PHAC; 2021 Jan 18. Available from: https://health-infobase.canada.ca/covid-19/epidemiological-summary-covid-19-cases.html.
  31. Heneghan C, Brassey J, Jefferson T. SARS-CoV-2 viral load and the severity of COVID-19. Oxford, UK: University of Oxford, Centre for Evidence-Based Medicine, Nuffield Department of Primary Care Health Sciences; 2020 Mar 26. Available from: https://www.cebm.net/covid-19/sars-cov-2-viral-load-and-the-severity-of-covid-19/.
  32. Liu Y, Yan L-M, Wan L, Xiang T-X, Le A, Liu J-M, et al. Viral dynamics in mild and severe cases of COVID-19. Lancet Infect Dis. 2020 Mar 19. Available from: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30232-2.
  33. Pujadas E, Chaudhry F, McBride R, Richter F, Zhao S, Wajnberg A, et al. SARS-CoV-2 viral load predicts COVID-19 mortality. Lancet Respir Med. 2020;8(9):e70. Available from: https://doi.org/10.1016/S2213-2600(20)30354-4.
  34. Marshall M. The lasting misery of coronavirus long-haulers. Nature. 2020;585:339-41. Available from: https://doi.org/10.1038/d41586-020-02598-6.
  35. Tenforde M, Kim S, Lindsell C, Rose E, Shapiro N, Files D, et al. Symptom duration and risk factors for delayed return to usual health among outpatients with COVID-19 in a multistate health care systems network — United States, March–June 2020. Morb Mortal Wkly Rep. 2020;69(30):993-8. Available from: http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm6930e1external.
  36. Alberta Health Services. COVID-19 Scientific Advisory Group rapid evidence report: chronic symptoms of COVID-19. Edmonton, AB: Government of Alberta; 2020 Nov 23. Available from: https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/ppih/if-ppih-covid-19-sag-chronic-symptoms-of-covid-rapid-review.pdf.
  37. Davis HE, Assaf GS, McCorkell L, Wei H, Low RJ, Re’em Y, et al. Characterizing long COVID in an international cohort: 7 months of symptoms and their impact. medRxiv. 2020 Dec 27. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.12.24.20248802.
  38. Public Health Ontario. Long-term sequelae and COVID-19 – what we know so far. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Oct 7. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/2020/07/what-we-know-covid-19-long-term-sequelae.pdf.
  39. Arnold DT, Hamilton FW, Milne A, Morley AJ, Viner J, Attwood M, et al. Patient outcomes after hospitalisation with COVID-19 and implications for follow-up: results from a prospective UK cohort. Thorax. 2020 Dec 3. Available from: https://doi.org/10.1136/thoraxjnl-2020-216086.
  40. Liguoro I, Pilotto C, Bonanni M, Ferrari ME, Pusiol A, Nocerino A, et al. SARS-COV-2 infection in children and newborns: a systematic review. Eur J Pediatr. 2020 Jul;179(7). Available from: https://doi.org/10.1007/s00431-020-03684-7.
  41. Ludvigsson JF. Systematic review of COVID-19 in children shows milder cases and a better prognosis than adults. Acta Paediatr. 2020;109(6):1088-95. Available from: https://doi.org/10.1111/apa.15270.
  42. Public Health Ontario. COVID-19 - what we know so far about... infection in children. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 May 15. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/what-we-know-children-feb-21-2020.pdf?la=en.
  43. Shekerdemian LS, Mahmood NR, Wolfe KK, Riggs BJ, Ross CE, McKiernan CA, et al. Characteristics and outcomes of children with coronavirus disease 2019 (COVID-19) infection admitted to US and Canadian pediatric intensive care units. JAMA Pediatr. 2020 May 11. Available from: https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2766037.
  44. Stringhini S, Wisniak A, Piumatti G, Azman AS, Lauer SA, Baysson H, et al. Seroprevalence of anti-SARS-CoV-2 IgG antibodies in Geneva, Switzerland (SEROCoV-POP): a population-based study. The Lancet. 2020 Jun 11;396(10247):313-9. Available from: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)31304-0.
  45. Jüni P, Maltsev A, Bobos P, Allen U, Choi Y, Connell J, et al. The role of children in SARS-CoV-2 Transmission. Toronto: Ontario COVID-19 Science Advisory Table; 2020 Aug 31. Available from: https://doi.org/10.47326/ocsat.2020.01.03.1.0.
  46. Public Health Ontario. Enhanced epidemiological summary. COVID-19 infection in children: January 15, 2020 to July 13, 2020. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Jul 26. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/epi/2020/05/covid-19-epi-infection-children.pdf?la=en.
  47. British Columbia Centre for Disease Control, Provincial Health Services Authority. British Columbia COVID-19 dashboard. Vancouver, BC: BCCDC; 2020; Available from: https://experience.arcgis.com/experience/a6f23959a8b14bfa989e3cda29297ded.
  48. Government of Quebec. Situation of the coronavirus (COVID-19) in Québec. Quebec: Government of Quebec; 2021 [updated Jan 20]; Available from: https://www.quebec.ca/en/health/health-issues/a-z/2019-coronavirus/situation-coronavirus-in-quebec/#c63039.
  49. Pierce CA, Preston-Hurlburt P, Dai Y, Aschner CB, Cheshenko N, Galen B, et al. Immune responses to SARS-CoV-2 infection in hospitalized pediatric and adult patients. Sci Transl Med. 2020;12(564). Available from: https://stm.sciencemag.org/content/scitransmed/12/564/eabd5487.full.pdf.
  50. World Health Organization. Multisystem inflammatory syndrome in children and adolescents temporally related to COVID-19. Geneva, Switzerland: WHO; 2020 May 15. Available from: https://www.who.int/news-room/commentaries/detail/multisystem-inflammatory-syndrome-in-children-and-adolescents-with-covid-19.
  51. Licciardi F, Pruccoli G, Denina M, Parodi E, Taglietto M, Rosati S, et al. SARS-CoV-2-induced Kawasaki-like hyperinflammatory syndrome: a novel COVID phenotype in children. Pediatrics. 2020 Jul;146(1). Available from: https://pediatrics.aappublications.org/content/early/2020/07/24/peds.2020-1711.
  52. Public Health Ontario. COVID-19 – what we know so far about...Kawasaki disease-like illness. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 May 30. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/2020/05/what-we-know-kawasaki-disease-like-illness.pdf?la=en.
  53. Inglesby TV. Public health measures and the reproduction number of SARS-CoV-2. JAMA. 2020;323(21):2186-7. Available from: https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2765665.
  54. World Health Organization. Statement on the meeting of the International Health Regulations (2005) Emergency Committee regarding the outbreak of novel coronavirus (2019-nCoV). Geneva, Switzerland: WHO; 2020 Jan 23. Available from: https://www.who.int/news/item/23-01-2020-statement-on-the-meeting-of-the-international-health-regulations-(2005)-emergency-committee-regarding-the-outbreak-of-novel-coronavirus-(2019-ncov).
  55. Liu Y, Gayle AA, Wilder-Smith A, Rocklöv J. The reproductive number of COVID-19 is higher compared to SARS coronavirus. J Travel Med. 2020;27(2). Available from: https://doi.org/10.1093/jtm/taaa021.
  56. Endo A, Abbott S, Kucharski A, Funk S. Estimating the overdispersion in COVID-19 transmission using outbreak sizes outside China. Wellcome Open Res. 2020;5(67). Available from: https://doi.org/10.12688/wellcomeopenres.15842.3.
  57. Yan Y, Shin W, Pang Y, Meng Y, Lai J, You C, et al. The first 75 days of novel coronavirus (SARS-CoV-2) outbreak: recent advances, prevention, and treatment. Int J Environ Res Public Health. 2020;17(7):2323. Available from: https://doi.org/10.3390/ijerph17072323.
  58. Chisholm RH, Campbell PT, Wu Y, Tong SYC, McVernon J, Geard N. Implications of asymptomatic carriers for infectious disease transmission and control. Royal Soc Open Sci. 2018;5(2). Available from: https://doi.org/10.1098/rsos.172341.
  59. Public Health Agency of Canada. Update on COVID-19 in Canada: epidemiology and modelling. Ottawa, ON: PHAC; 2021 Jan 15. Available from: https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/diseases-maladies/coronavirus-disease-covid-19/epidemiological-economic-research-data/update-covid-19-canada-epidemiology-modelling-20210115-en.pdf.
  60. Centre for Mathematical Modelling of Infectious Diseases. National and subnational estimates for Canada. London, UK: London School of Hygiene & Tropical Medicine; 2021 Jan 17. Available from: https://epiforecasts.io/covid/posts/national/canada/.
  61. Wölfel R, Corman VM, Guggemos W, Seilmaier M, Zange S, Müller MA, et al. Virological assessment of hospitalized patients with COVID-2019. Nature. 2020 May;581(7809):465-9. Available from: https://doi.org/10.1038/s41586-020-2196-x.
  62. Dietz L, Horve PF, Coil DA, Fretz M, Eisen JA, Van Den Wymelenberg K. 2019 Novel Coronavirus (COVID-19) pandemic: built environment considerations to reduce transmission. Msystems. 2020;5(2). Available from: https://msystems.asm.org/content/5/2/e00245-20.
  63. Furuse Y, Sando E, Tsuchiya N, Miyahara R, Yasuda I, Ko YK, et al. Clusters of coronavirus disease in communities, Japan, January-April 2020. Emerg Infect Dis. 2020 Jun 10;26(9). Available from: https://doi.org/10.3201/eid2609.202272.
  64. Qian G, Yang N, Ma AHY, Wang L, Li G, Chen X, et al. COVID-19 transmission within a family cluster by presymptomatic carriers in China. Clin Infect Dis. 2020 Aug;71(15). Available from: https://doi.org/10.1093/cid/ciaa316.
  65. Leclerc QJ, Fuller NM, Knight LE, Group CC-W, Funk S, Knight GM. What settings have been linked to SARS-CoV-2 transmission clusters? Wellcome Open Res. 2020 Jun 5;5:83. Available from: https://wellcomeopenresearch.org/articles/5-83.
  66. Bourouiba L. Turbulent gas clouds and respiratory pathogen emissions: potential implications for reducing transmission of COVID-19. JAMA. 2020;323(18):1837-8. Available from: https://doi.org/10.1001/jama.2020.4756.
  67. Public Health Agency of Canada. COVID-19: main modes of transmission. Ottawa, ON: PHAC; 2020 Nov 5. Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/health-professionals/main-modes-transmission.html.
  68. Fears AC, Klimstra WB, Duprex P, Hartman A, Weaver SC, Plante KS, et al. Persistence of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 in aerosol suspensions. Emerg Infect Dis. 2020 Sep;29(9). Available from: https://doi.org/10.3201/eid2609.201806.
  69. Gorbunov B. Aerosol particles laden with viruses that cause COVID-19 travel over 30m distance. Preprints. 2020 May 21. Available from: https://www.preprints.org/manuscript/202004.0546/v2.
  70. Ong SWX, Tan YK, Chia PY, Lee TH, Ng OT, Wong MSY, et al. Air, surface environmental, and personal protective equipment contamination by severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) from a symptomatic patient. JAMA. 2020 Mar 4;323(16):1610-2. Available from: https://doi.org/10.1001/jama.2020.3227.
  71. Santarpia JL, Rivera DN, Herrera VL, Morwitzer MJ, Creager HM, Santarpia GW, et al. Aerosol and surface contamination of SARS-CoV-2 observed in quarantine and isolation care. Sci Rep. 2020;10(1):12732-. Available from: https://doi.org/10.1038/s41598-020-69286-3.
  72. Liu Y, Ning Z, Chen Y, Guo M, Liu Y, Gali NK, et al. Aerodynamic analysis of SARS-CoV-2 in two Wuhan hospitals. Nature. 2020;582(7813):557-60. Available from: https://www.nature.com/articles/s41586-020-2271-3.
  73. World Health Organization. Transmission of SARS-CoV-2: implications for infection prevention precautions: scientific brief. Geneva, Switzerland: WHO; 2020 Jul 9. Available from: https://www.who.int/news-room/commentaries/detail/transmission-of-sars-cov-2-implications-for-infection-prevention-precautions.
  74. Sia SF, Yan L-M, Chin AWH, Fung K, Choy K-T, Wong AYL, et al. Pathogenesis and transmission of SARS-CoV-2 in golden hamsters. Nature. 2020;583(7818):834-8. Available from: https://www.nature.com/articles/s41586-020-2342-5.
  75. Bae S, Kim H, Jung T-Y, Lim J-A, Jo D-H, Kang G-S, et al. Epidemiological characteristics of COVID-19 outbreak at fitness centers in Cheonan, Korea. J Korean Med Sci. 2020;35(31):e288. Available from: https://doi.org/10.3346/jkms.2020.35.e288.
  76. Kim Y-I, Kim S-G, Kim S-M, Kim E-H, Park S-J, Yu K-M, et al. Infection and rapid transmission of SARS-CoV-2 in ferrets. Cell Host Microbe. 2020;27(5):704-9.e2. Available from: https://doi.org/10.1016/j.chom.2020.03.023.
  77. Banik RK, Ulrich AK. Evidence of short-range aerosol transmission of SARS-CoV-2 and call for universal airborne precautions for anesthesiologists during the COVID-19 pandemic. Anesth Analg. 2020 Aug;131(2):e102-e4. Available from: https://dx.doi.org/10.1213%2FANE.0000000000004933.
  78. Liu L, Li Y, Nielsen PV, Wei J, Jensen RL. Short-range airborne transmission of expiratory droplets between two people. Indoor Air. 2017;27(2):452-62. Available from: https://doi.org/10.1111/ina.12314.
  79. Atkinson J, Chartier Y, Pessoa-Silva CL, Jensen P, Li Y, Seto W-H. Annex C. Respiratory droplets. Geneva, Switzerland: World Health Organization; 2009. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK143281/.
  80. National Academies of Sciences Engineering and Medicine. Rapid expert consultation on social distancing for the COVID-19 pandemic. Washington, DC: The National Academies Press; 2020 Mar 19. Available from: https://www.nap.edu/read/25753/chapter/1.
  81. Public Health Agency of Canada. Physical distancing: how to slow the spread of COVID-19. Ottawa, ON: PHAC; 2020 Jun 26. Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/services/publications/diseases-conditions/social-distancing.html.
  82. Chu DK, Akl EA, Duda S, Solo K, Yaacoub S, Schünemann HJ, et al. Physical distancing, face masks, and eye protection to prevent person-to-person transmission of SARS-CoV-2 and COVID-19: a systematic review and meta-analysis. The Lancet. 2020;395(10242):1973-87. Available from: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)31142-9.
  83. Arav Y, Klausner Z, Fattal E. Theoretical investigation of pre-symptomatic SARS-CoV-2 person-to-person transmission in households. medRxiv. 2020 Sep 24. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.05.12.20099085.
  84. Anderson EL, Turnham P, Griffin JR, Clarke CC. Consideration of the aerosol transmission for COVID-19 and public health. Risk Anal. 2020;40(5):902-7. Available from: https://doi.org/10.1111/risa.13500.
  85. Buonanno G, Stabile L, Morawska L. Estimation of airborne viral emission: quanta emission rate of SARS-CoV-2 for infection risk assessment. Environ Int. 2020;141:105794. Available from: https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.105794.
  86. Miller SL, Nazaroff WW, Jimenez JL, Boerstra A, Buonanno G, Dancer SJ, et al. Transmission of SARS-CoV-2 by inhalation of respiratory aerosol in the Skagit Valley Chorale superspreading event. Indoor Air. 2020;00:1-10. Available from: https://doi.org/10.1111/ina.12751.
  87. Morawska L, Cao J. Airborne transmission of SARS-CoV-2: the world should face the reality. Environ Int. 2020 Apr 10;139:105730. Available from: https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.105730.
  88. Stadnytskyi V, Bax CE, Bax A, Anfinrud P. The airborne lifetime of small speech droplets and their potential importance in SARS-CoV-2 transmission. Proc Nat Acad Sci USA. 2020 Jun;117(22):11875-7. Available from: https://www.pnas.org/content/117/22/11875.
  89. Borak J. Airborne transmission of COVID-19. Occup Med. 2020 Jul 17;70(5):297-9. Available from: https://doi.org/10.1093/occmed/kqaa080.
  90. van Doremalen N, Bushmaker T, Morris DH, Holbrook MG, Gamble A, Williamson BN, et al. Aerosol and surface stability of SARS-CoV-2 as compared with SARS-CoV-1. N Engl J Med. 2020;382:1564-7. Available from: https://doi.org/10.1056/NEJMc2004973.
  91. Lednicky JA, Lauzardo M, Fan H, Jutla AS, Tilly TB, Gangwar M, et al. Viable SARS-CoV-2 in the air of a hospital room with COVID-19 patients. Int J Infect Dis. 2020 Aug 4;100:476-82. Available from: https://doi.org/10.1016/j.ijid.2020.09.025.
  92. Qian H, Miao T, Liu L, Zheng X, Luo D, Li Y. Indoor transmission of SARS-CoV-2. Indoor Air. 2020 Oct 31. Available from: https://doi.org/10.1111/ina.12766.
  93. British Columbia Centre for Disease Control, British Columbia Ministry of Health. Tools and strategies for safer operations during the COVID-19 pandemic. Vancouver, BC: BC Centre for Disease Control and the BC Ministry of Health; 2020 Jul. Available from: http://www.bccdc.ca/Health-Info-Site/Documents/COVID19_ToolsStrategiesSaferOperations.pdf.
  94. Institut national de santé publique. COVID-19 : Modes de transmission et mesures de prévention et de protection contre les risques, incluant le rôle de la ventilation. Montreal, QC: INSPQ; 2021 Jan 13. Available from: https://inspq.qc.ca/covid-19/environnement/modes-transmission.
  95. Chin AWH, Chu JTS, Perera MRA, Hui KPY, Yen H-L, Chan MCW, et al. Stability of SARS-CoV-2 in different environmental conditions. Lancet Microbe. 2020;1(1):e10. Available from: https://doi.org/10.1016/S2666-5247(20)30003-3.
  96. Kampf G, Todt D, Pfaender S, Steinmann E. Persistence of coronaviruses on inanimate surfaces and their inactivation with biocidal agents. J Hosp Infect. 2020;104(3):246-51. Available from: https://doi.org/10.1016/j.jhin.2020.01.022.
  97. Pastorino B, Touret F, Gilles M, Lamballerie Xd, Charrel R. Prolonged infectivity of SARS-CoV-2 in fomites. Emerg Infect Dis. 2020 Sep;26(9). Available from: https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/9/20-1788_article.
  98. Corpet D. Why does Sars-CoV-2 survive longer on plastic than on paper? Med Hypotheses. 2020 Nov 28. Available from: https://doi.org/10.1016/j.mehy.2020.110429.
  99. Harbourt D, Haddow A, Piper A, Bloomfield H, Kearney B, Fetterer D, et al. Modeling the stability of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) on skin, currency, and clothing. PLoS Negl Trop Dis. 2020 Jul 3. Available from: https://doi.org/10.1371/journal.pntd.0008831.
  100. Jones C. Environmental surface contamination with SARS-CoV-2 - a short review J Hum Virol Retrovirolog. 2020;8(1):15-9. Available from: https://doi.org/10.15406/jhvrv.2020.08.00215.
  101. Kasloff SB, Strong JE, Funk D, Cutts TA. Stability of SARS-CoV-2 on critical personal protective equipment. medRxiv. 2020 Jun 12. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.06.11.20128884.
  102. Liu Y, Li T, Deng Y, Liu S, Zhang D, Li H, et al. Stability of SARS-CoV-2 on environmental surfaces and in human excreta. J Hosp Infect. 2020;107:105-7. Available from: https://doi.org/10.1016/j.jhin.2020.10.021.
  103. Hirose R, Ikegaya H, Naito Y, Watanabe N, Yoshida T, Bandou R, et al. Survival of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) and influenza virus on human skin: importance of hand hygiene in coronavirus disease 2019 (COVID-19). Clin Infect Dis. 2020 Oct 3. Available from: https://doi.org/10.1093/cid/ciaa1517.
  104. Ratnesar-Shumate S, Williams G, Green B, Krause M, Holland B, Wood S, et al. Simulated sunlight rapidly inactivates SARS-CoV-2 on surfaces. J Infect Dis. 2020;222(2):214-22. Available from: https://doi.org/10.1093/infdis/jiaa274.
  105. Riddell S, Goldie S, Hill A, Eagles D, Drew TW. The effect of temperature on persistence of SARS-CoV-2 on common surfaces. Virol J. 2020;17(1):145. Available from: https://doi.org/10.1186/s12985-020-01418-7.
  106. Simmons SE, Carrion R, Alfson KJ, Staples HM, Jinadatha C, Jarvis WR, et al. Deactivation of SARS-CoV-2 with pulsed-xenon ultraviolet light: implications for environmental COVID-19 control. Infect Control Hosp Epidemiol. 2020:1-4. Available from: https://doi.org/10.1017/ice.2020.399.
  107. Zhou J, Otter JA, Price JR, Cimpeanu C, Garcia DM, Kinross J, et al. Investigating SARS-CoV-2 surface and air contamination in an acute healthcare setting during the peak of the COVID-19 pandemic in London. Clin Infect Dis. 2020 Jun 2. Available from: https://doi.org/10.1093/cid/ciaa905.
  108. Boyce JM, Pittet D. Guideline for hand hygiene in health-care settings. Recommendations of the Healthcare Infection Control Practices Advisory Committee and the HICPAC/SHEA/APIC/IDSA Hand Hygiene Task Force. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2002 Oct 25(51(RR16)):1-44. Available from: https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr5116a1.htm.
  109. Elias B, Bar-Yam Y. Could air filtration reduce COVID-19 severity and spread? Cambridge, MA: New England Complex Systems Institute; 2020 Mar 9. Available from: https://necsi.edu/could-air-filtration-reduce-covid19-severity-and-spread.
  110. US Centers for Disease Control. Handwashing: clean hands save lives. How to wash your hands. Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services; 2020 [updated Dec 7]; Available from: https://www.cdc.gov/handwashing/show-me-the-science-handwashing.html.
  111. US Centers for Disease Control. Handwashing: clean hands save lives. When & how to use hand sanitizer in community settings. Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services; 2020 [updated Sep 10]; Available from: https://www.cdc.gov/handwashing/show-me-the-science-hand-sanitizer.html.
  112. Health Canada. Hard surface disinfectants and hand sanitizers: list of hard-surface disinfectants for use against coronavirus (COVID-19). Ottawa, ON: Health Canada; 2021 [updated Jan 8]; Available from: https://www.canada.ca/en/health-canada/services/drugs-health-products/disinfectants/covid-19/list.html.
  113. US Environmental Protection Agency. List N: disinfectants for use against SARS-CoV-2 | Pesticide registration. Washington, DC: US EPA; 2020 [updated Dec 15]; Available from: https://www.epa.gov/pesticide-registration/list-n-disinfectants-use-against-sars-cov-2.
  114. Public Health Agency of Canada. Cleaning and disinfecting public spaces during COVID-19. guidance. Ottawa, ON: PHAC; 2020 Oct 5. Available from: https://www.canada.ca/en/public-health/services/publications/diseases-conditions/cleaning-disinfecting-public-spaces.html
  115. Gupta S, Parker J, Smits S, Underwood J, Dolwani S. Persistent viral shedding of SARS-CoV-2 in faeces - a rapid review. Colorectal Dis. 2020;22(6):611-20. Available from: https://doi.org/10.1111/codi.15138.
  116. Xiao F, Tang M, Zheng X, Liu Y, Li X, Shan H. Evidence for gastrointestinal infection of SARS-CoV-2. Gastroenterology. 2020;158(6):1831-3. Available from: https://doi.org/10.1053/j.gastro.2020.02.055.
  117. Chen Y, Chen L, Deng Q, Zhang G, Wu K, Ni L, et al. The presence of SARS-CoV-2 RNA in the feces of COVID-19 patients. J Med Virol. 2020;92(7):833-40. Available from: https://doi.org/10.1002/jmv.25825.
  118. Heneghan C, Spencer E, Brassey J, Jefferson T. SARS-CoV-2 and the role of orofecal transmission: systematic review. medRxiv. 2020 Aug 10. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.08.04.20168054.
  119. Hindson J. COVID-19: faecal–oral transmission? Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2020 Mar 25;17(5):259. Available from: https://doi.org/10.1038/s41575-020-0295-7.
  120. Wang W, Xu Y, Gao R, Lu R, Han K, Wu G, et al. Detection of SARS-CoV-2 in different types of clinical specimens. JAMA. 2020;323(18):1843-4. Available from: https://doi.org/10.1001/jama.2020.3786.
  121. Kang M, Wei J, Yuan J, Guo J, Zhang Y, Hang J. Probable evidence of fecal aerosol transmission of SARS-CoV-2 in a high-rise building. Ann Intern Med. 2020. Available from: https://doi.org/10.7326/M20-0928.
  122. Yuan J, Chen Z, Gong C, Liu H, Li B, Li K, et al. Coronavirus Disease 2019 outbreak likely caused by sewage exposure in a low-income community: Guangzhou, China, April 2020. SSRN. 2020 May. Available from: http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.3618204.
  123. Hwang SE, Chang JH, Bumjo O, Heo J. Possible aerosol transmission of COVID-19 associated with an outbreak in an apartment in Seoul, South Korea, 2020. Int J Infect Dis. 2020 Dec 16. Available from: https://doi.org/10.1016/j.ijid.2020.12.035.
  124. World Health Organization. How WHO is working to track down the animal reservoir of the SARS-CoV-2 virus. Geneva, Switzerland: WHO; 2020 Nov 6. Available from: https://www.who.int/news-room/feature-stories/detail/how-who-is-working-to-track-down-the-animal-reservoir-of-the-sars-cov-2-virus.
  125. US Department of Homeland Security. Master question list for COVID-19 (caused by SARS-CoV-2). Washington, DC: US Department of Homeland Security Science and Technology Directorate; 2021 Jan 12. Available from: https://www.dhs.gov/publication/st-master-question-list-covid-19.
  126. Shi J, Wen Z, Zhong G, Yang H, Wang C, Huang B, et al. Susceptibility of ferrets, cats, dogs, and other domesticated animals to SARS–coronavirus 2. Science. 2020;368(6494):1016-20. Available from: https://science.sciencemag.org/content/sci/368/6494/1016.full.pdf.
  127. Animal and Plant Health Inspection Service. Confirmed cases of SARS-CoV-2 in animals in the United States. Washington, DC: US Department of Agriculture; 2021 Jan 19. Available from: https://www.aphis.usda.gov/aphis/ourfocus/animalhealth/sa_one_health/sars-cov-2-animals-us.
  128. El Masry I, von Dobschuetz S, Plee L, Larfaoui F, Yang Z, Song J, et al. Exposure of humans or animals to SARS-CoV-2 from wild, livestock, companion and aquatic animals. Rome, Italy: Food and Agriculture Organization of the United Nations; 2020 Jul 28. Available from: http://www.fao.org/documents/card/en/c/ca9959en.
  129. Oude Munnink BB, Sikkema RS, Nieuwenhuijse DF, Molenaar RJ, Munger E, Molenkamp R, et al. Jumping back and forth: anthropozoonotic and zoonotic transmission of SARS-CoV-2 on mink farms. bioRxiv. 2020 Sep 1. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.09.01.277152.
  130. US Department of Agriculture. USDA confirms SARS-CoV-2 in mink in Utah. Washington, DC: USDA; 2020 Aug 25. Available from: https://www.aphis.usda.gov/aphis/newsroom/stakeholder-info/sa_by_date/sa-2020/sa-08/sare-cov-2-mink.
  131. World Health Organization. SARS-CoV-2 mink-associated variant strain – Denmark. Geneva, Switzerland: WHO; 2020 Nov 6. Available from: https://www.who.int/csr/don/06-november-2020-mink-associated-sars-cov2-denmark/en/.
  132. Fraser Health. Community: Fraser Health has declared a COVID-19 outbreak at a mink farm in the Fraser Valley. Surrey BC: Fraser Health Authority; 2020 Dec 6. Available from: https://www.fraserhealth.ca/news/2020/Dec/fh-declares-covid-19-ltc-and-al-outbreaks-over-and-declares-outbreak-at-a-mink-farm#.YAdukmhKhPZ.
  133. British Columbia Centre for Disease Control. Genetic sequencing results completed for mink farm outbreak. Vancouver BC: BCCDC; 2020 Dec 23. Available from: http://www.bccdc.ca/about/news-stories/news-releases/2020/genetic-sequencing-results-completed-for-mink-farm-outbreak.
  134. Deng W, Bao L, Gao H, Xiang Z, Qu Y, Song Z, et al. Ocular conjunctival inoculation of SARS-CoV-2 can cause mild COVID-19 in rhesus macaques. Nat Commun. 2020;11(1):4400. Available from: https://doi.org/10.1038/s41467-020-18149-6.
  135. Qing H, Yang Z, Shi M, Zhang Z. New evidence of SARS-CoV-2 transmission through the ocular surface. Graefes Arch Clin Exp Ophthalmol. 2020. Available from: https://doi.org/10.1007/s00417-020-04726-4.
  136. Schwartz DA, Morotti D, Beigi B, Moshfegh F, Zafaranloo N, Patanè L. Confirming vertical fetal infection with coronavirus disease 2019: neonatal and pathology criteria for early onset and transplacental transmission of Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 from infected pregnant mothers. Arch Pathol Lab Med. 2020;144(12):1451-6. Available from: https://doi.org/10.5858/arpa.2020-0442-SA.
  137. Public Health Ontario. COVID-19 routes of transmission – what we know so far Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Dec 1. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/2020/12/routes-transmission-covid-19.pdf?la=en.
  138. Leblanc J-F, Germain M, Delage G, OʼBrien S, Drews SJ, Lewin A. Risk of transmission of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 by transfusion: A literature review. Transfusion. 2020;60(12):3046-54. Available from: https://doi.org/10.1111/trf.16056.
  139. Bao L, Gao H, Deng W, Lv Q, Yu H, Liu M, et al. Transmission of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 via close contact and respiratory droplets among human angiotensin-converting enzyme 2 mice. J Infect Dis. 2020;222(4):551-5. Available from: https://doi.org/10.1093/infdis/jiaa281.
  140. Karimzadeh S, Bhopal R, Tien HN. Review of viral dynamics, exposure, infective dose, and outcome of COVID-19 caused by the SARS-CoV-2 virus: comparison with other respiratory viruses. PrePrint. 2020 Dec 7. Available from: https://www.preprints.org/manuscript/202007.0613/v1.
  141. Chan JF-W, Yuan S, Zhang AJ, Poon VK-M, Chan CC-S, Lee AC-Y, et al. Surgical mask partition reduces the risk of noncontact transmission in a golden syrian hamster model for coronavirus disease 2019 (COVID-19). Clin Infect Dis. 2020. Available from: https://doi.org/10.1093/cid/ciaa644.
  142. Jayaweera M, Perera H, Gunawardana B, Manatunge J. Transmission of COVID-19 virus by droplets and aerosols: a critical review on the unresolved dichotomy. Environ Res. 2020 Sep;188:109819. Available from: https://dx.doi.org/10.1016%2Fj.envres.2020.109819.
  143. Callaway E. Dozens to be deliberately infected with coronavirus in UK ‘human challenge’ trials. Nature. 2020 Oct 20;586:651-2. Available from: https://doi.org/10.1038/d41586-020-02821-4.
  144. Goyal A, Reeves DB, Cardozo-Ojeda EF, Schiffer JT, Mayer BT. Wrong person, place and time: viral load and contact network structure predict SARS-CoV-2 transmission and super-spreading events. medRxiv. 2020 Sep 28. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.08.07.20169920.
  145. Calisti R. SARS-CoV-2: exposure to high external doses as determinants of higher viral loads and of increased risk for COVID-19. A systematic review of the literature. Epidemiol Prev. 2020;44((5-6)Suppl 2):152-9. Available from: https://www.epiprev.it/materiali/suppl/2020_EP5-6S2/152-159_INT-Calisti.pdf.
  146. Fain B, Dobrovolny HM. Initial inoculum and the severity of COVID-19: a mathematical modeling study of the dose-response of SARS-CoV-2 infections. Epidemiologia. 2020;1(1):5-15. Available from: https://doi.org/10.3390/epidemiologia1010003.
  147. Guallar MP, Meiriño R, Donat-Vargas C, Corral O, Jouvé N, Soriano V. Inoculum at the time of SARS-CoV-2 exposure and risk of disease severity. Int J Infect Dis. 2020 Aug;97:290-2. Available from: https://doi.org/10.1016/j.ijid.2020.06.035.
  148. He X, Lau EHY, Wu P, Deng X, Wang J, Hao X, et al. Temporal dynamics in viral shedding and transmissibility of COVID-19. Nat Med. 2020 May;26(5):672-5. Available from: https://doi.org/10.1038/s41591-020-0869-5.
  149. Lauer SA, Grantz KH, Bi Q, Jones FK, Zheng Q, Meredith HR, et al. The incubation period of coronavirus disease 2019 (COVID-19) from publicly reported confirmed cases: estimation and application. Ann Intern Med. 2020 Mar 10;172(9):577-82. Available from: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32150748/.
  150. Public Health Ontario. COVID-19 incubation period and considerations

for travellers’ quarantine duration Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Dec 3. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/main/2020/12/covid-19-incubation-travellers-quarantine-duration.pdf?la=en.

  1. Backer JA, Klinkenberg D, Wallinga J. Incubation period of 2019 novel coronavirus (2019-nCoV) infections among travellers from Wuhan, China, 20–28 January 2020. Euro Surveill. 2020;25(5). Available from: https://doi.org/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.5.2000062.
  2. Public Health Ontario. COVID-19 – what we know so far about… the period of communicability Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 Mar 30. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/what-we-know-communicable-period-mar-27-2020.pdf?la=en.
  3. European Centre for Disease Prevention and Control. Transmission of COVID-19. Stockholm, Sweden: ECDC; 2020 Aug 10. Available from: https://www.ecdc.europa.eu/en/covid-19/latest-evidence/transmission.
  4. Furukawa NW, Brooks JT, Sobel J. Evidence supporting transmission of Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 while presymptomatic or asymptomatic. Emerg Infect Dis. 2020;26(7). Available from: https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/7/20-1595_article.
  5. Health Information and Quality Authority. Evidence summary for asymptomatic transmission of COVID-19. Dublin, Ireland: HIQA; 2020 Apr 21. Available from: https://www.hiqa.ie/sites/default/files/2020-04/Evidence-summary-for-asymptomatic-transmission-of-COVID-19.pdf.
  6. Kimball A, Hatfield K, Arons M, James A, Taylor J, Spicer K, et al. Asymptomatic and presymptomatic SARS-CoV-2 infections in residents of a long-term care skilled nursing facility — King County, Washington, March 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2020 Apr 3;69:377-81. Available from: https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6913e1.htm?s_cid=mm6913e1_w.
  7. Public Health Ontario. COVID-19 – what we know so far about… asymptomatic infection and asymptomatic transmission. Toronto, ON: Queen's Printer for Ontario; 2020 May 22. Available from: https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/what-we-know-jan-30-2020.pdf?la=en.
  8. Wei WE, Li Z, Chiew CJ, Yong SE, Toh MP, Lee VJ. Presymptomatic transmission of SARS-CoV-2 - Singapore, January 23-March 16, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2020 Apr 10;69(14):411-5. Available from: https://doi.org/10.15585/mmwr.mm6914e1.
  9. Li W, Su Y-Y, Zhi S-S, Huang J, Zhuang C-L, Bai W-Z, et al. Viral shedding dynamics in asymptomatic and mildly symptomatic patients infected with SARS-CoV-2. Clin Microbiol Infect. 2020. Available from: https://doi.org/10.1016/j.cmi.2020.07.008.
  10. Zou L, Ruan F, Huang M, Liang L, Huang H, Hong Z, et al. SARS-CoV-2 viral load in upper respiratory specimens of infected patients. N Engl J Med. 2020;382(12):1177-9. Available from: https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMc2001737.
  11. Heneghan C, Brassey J, Jefferson T. COVID-19: What proportion are asymptomatic? Oxford, UK: University of Oxford, Centre for Evidence-Based Medicine 2020 Apr 6. Available from: https://www.cebm.net/covid-19/covid-19-what-proportion-are-asymptomatic/.
  12. Kamiya H, Fujikura H, Doi K, Kakimoto K, Suzuki M, Matsui T, et al. Epidemiology of COVID-19 outbreak on cruise ship quarantined at Yokohama, Japan, February 2020. Emerg Infect Dis. 2020;26(11):2591-7. Available from: https://dx.doi.org/10.3201/eid2611.201165.
  13. Johansson MA, Quandelacy TM, Kada S, Prasad PV, Steele M, Brooks JT, et al. SARS-CoV-2 transmission from people without COVID-19 symptoms. JAMA Network Open. 2021;4(1):e2035057-e. Available from: https://doi.org/10.1001/jamanetworkopen.2020.35057.
  14. Alberta Health Services. COVID-19 Scientific Advisory Group rapid response report. Key research question: what is the evidence supporting the possibility of asymptomatic transmission of SARS-CoV-2? Edmonton, AB: Government of Alberta; 2020 Apr 13. Available from: https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/ppih/if-ppih-covid-19-rapid-response-asymptomatic-transmission.pdf.
  15. Hu Z, Song C, Xu C, Jin G, Chen Y, Xu X, et al. Clinical characteristics of 24 asymptomatic infections with COVID-19 screened among close contacts in Nanjing, China. Sci China Life Sci. 2020 May 1;63(5):706-11. Available from: https://doi.org/10.1007/s11427-020-1661-4.
  16. Pan Y, Zhang D, Yang P, Poon LLM, Wang Q. Viral load of SARS-CoV-2 in clinical samples. Lancet Infect Dis. 2020;20(4):411-2. Available from: https://doi.org/10.1016/s1473-3099(20)30113-4.
  17. To KK-W, Tsang OT-Y, Leung W-S, Tam AR, Wu T-C, Lung DC, et al. Temporal profiles of viral load in posterior oropharyngeal saliva samples and serum antibody responses during infection by SARS-CoV-2: an observational cohort study. Lancet Infect Dis. 2020;20(5):565-74. Available from: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30196-1.
  18. Walsh KA, Spillane S, Comber L, Cardwell K, Harrington P, Connell J, et al. The duration of infectiousness of individuals infected with SARS-CoV-2. J Infect. 2020;81(6):847-56. Available from: https://doi.org/10.1016/j.jinf.2020.10.009.
  19. Jefferson T, Spencer E, Brassey J, Heneghan C. Viral cultures for COVID-19 infectious potential assessment - a systematic review. Clin Infect Dis. 2020 Dec 3;ciaa1764. Available from: https://doi.org/10.1093/cid/ciaa1764.
  20. Cevik M, Tate M, Lloyd O, Maraolo AE, Schafers J, Ho A. SARS-CoV-2, SARS-CoV, and MERS-CoV viral load dynamics, duration of viral shedding, and infectiousness: a systematic review and meta-analysis. Lancet Microbe. 2021;2(1):e13-e22. Available from: https://doi.org/10.1016/S2666-5247(20)30172-5.
  21. Riediker M, Tsai D-H. Estimation of viral aerosol emissions from simulated individuals with aysmptomatic to moderate Coronavirus Disease 2019. JAMA. 2020;3(7):e2013807. Available from: https://doi.org/10.1001/jamanetworkopen.2020.13807.
  22. Anand S, Mayya YS. Size distribution of virus laden droplets from expiratory ejecta of infected subjects. Sci Rep. 2020;10(1):21174. Available from: https://doi.org/10.1038/s41598-020-78110-x.
  23. Asadi S, Wexler AS, Cappa CD, Barreda S, Bouvier NM, Ristenpart WD. Aerosol emission and superemission during human speech increase with voice loudness. Sci Rep. 2019 Feb;9(1):2348. Available from: https://doi.org/10.1038/s41598-019-38808-z.
  24. Lau MSY, Grenfell B, Thomas M, Bryan M, Nelson K, Lopman B. Characterizing superspreading events and age-specific infectiousness of SARS-CoV-2 transmission in Georgia, USA. Proc Nat Acad Sci USA. 2020;117(36):22430-5. Available from: https://doi.org/10.1073/pnas.2011802117.
  25. Adam DC, Wu P, Wong JY, Lau EHY, Tsang TK, Cauchemez S, et al. Clustering and superspreading potential of SARS-CoV-2 infections in Hong Kong. Nat Med. 2020 Sep 17. Available from: https://doi.org/10.1038/s41591-020-1092-0.
  26. National Collaborating Centre for Methods and Tools. Rapid evidence review: what is known on the potential for COVID-19 re-infection, including new transmission after recovery? Hamilton, ON: NCCMT; 2020 Sep 28. Available from: https://www.nccmt.ca/uploads/media/media/0001/02/cd34d373c03e481993d06980892c0081ff0e3edd.pdf.
  27. Alberta Health Services. COVID-19 Scientific Advisory Group rapid evidence report: COVID-19 risk of reinfection. Edmonton, AB: Government of Alberta; 2020 Nov 6. Available from: https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/ppih/if-ppih-covid-19-sag-reinfection-rapid-review.pdf.
  28. Iwasaki A. What reinfections mean for COVID-19. Lancet Infect Dis. 2020 Oct 12. Available from: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30783-0.
  29. National Academies of Sciences Engineering and Medicine. Rapid expert consultation on SARS-CoV-2 survival in relation to temperature and humidity and potential for seasonality for the COVID-19 pandemic (April 7, 2020). Washington, DC: The National Academies Press; 2020. Available from: https://www.nap.edu/catalog/25771/rapid-expert-consultation-on-sars-cov-2-survival-in-relation-to-temperature-and-humidity-and-potential-for-seasonality-for-the-covid-19-pandemic-april-7-2020.
  30. Wang T, Lien C, Liu S, Selveraj P. Effective heat inactivation of SARS-CoV-2. medRxiv. 2020 May 5. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.04.29.20085498.
  31. Walker GJ, Clifford V, Bansal N, Stella AO, Turville S, Stelzer-Braid S, et al. SARS-CoV-2 in human milk is inactivated by Holder pasteurization but not cold storage. J Paediatr Child Health. 2020;56(12):1872-4. Available from: https://doi.org/10.1111/jpc.15065.
  32. Moriyama M, Hugentobler WJ, Iwasaki A. Seasonality of respiratory viral infections. Annu Rev Virol. 2020;7(1). Available from: https://www.annualreviews.org/doi/abs/10.1146/annurev-virology-012420-022445.
  33. Zhao L, Qi Y, Luzzatto-Fegiz P, Cui Y, Zhu Y. COVID-19: effects of environmental conditions on the propagation of respiratory droplets. Nano Lett. 2020;20(10):7744-50. Available from: https://doi.org/10.1021/acs.nanolett.0c03331.
  34. Ahlawat A, Wiedensohler A, Mishra S. An overview on the role of relative humidity in airborne transmission of SARS-CoV-2 in indoor environments. Aerosol Air Qual Res. 2020;20:1856-61. Available from: https://doi.org/10.4209/aaqr.2020.06.0302.
  35. Biryukov J, Boydston JA, Dunning RA, Yeager JJ, Wood S, Reese AL, et al. Increasing temperature and relative humidity accelerates inactivation of SARS-CoV-2 on surfaces. mSphere. 2020;5(4):e00441-20. Available from: https://doi.org/10.1128/mSphere.00441-20.
  36. Dabisch P, Schuit M, Herzog A, Beck K, Wood S, Krause M, et al. The influence of temperature, humidity, and simulated sunlight on the infectivity of SARS-CoV-2 in aerosols. Aerosol Sci Technol. 2020 Nov:1-12. Available from: https://doi.org/10.1080/02786826.2020.1829536.
  37. Duan SM, Zhao XS, Wen RF, Huang JJ, Pi GH, Zhang SX, et al. Stability of SARS coronavirus in human specimens and environment and its sensitivity to heating and UV irradiation. Biomed Environ Sci. 2003 Sep;16(3):246-55. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14631830.
  38. International Ultraviolet Association. IUVA Fact sheet on UV disinfection for COVID-19. Chevy Chase, MD: IUVA; 2020 Mar. Available from: https://www.iuva.org/IUVA-Fact-Sheet-on-UV-Disinfection-for-COVID-19.
  39. Seyer A, Sanlidag T. Solar ultraviolet radiation sensitivity of SARS-CoV-2. Lancet Microbe. 2020;1(1):e8-e9. Available from: https://dx.doi.org/10.1016%2FS2666-5247(20)30013-6.
  40. Kowalski W. Ultraviolet germicidal irradiation handbook. New York, NY: Springer; 2009. Available from: https://link.springer.com/book/10.1007/978-3-642-01999-9.
  41. Blázquez E, Rodríguez C, Ródenas J, Navarro N, Riquelme C, Rosell R, et al. Evaluation of the effectiveness of the SurePure Turbulator ultraviolet-C irradiation equipment on inactivation of different enveloped and non-enveloped viruses inoculated in commercially collected liquid animal plasma. PLoS ONE. 2019;14(2). Available from: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0212332.
  42. Heßling M, Hönes K, Vatter P, Lingenfelder C. Ultraviolet irradiation doses for coronavirus inactivation – review and analysis of coronavirus photoinactivation studies. GMS Hyg Infect Control. 2020 May 14;15. Available from: https://dx.doi.org/10.3205%2Fdgkh000343.
  43. Houser KW. Ten facts about UV radiation and COVID-19. LEUKOS. 2020;16(3):177-8. Available from: https://doi.org/10.1080/15502724.2020.1760654.
  44. Bianco A, Biasin M, Pareschi G, Cavalleri A, Cavatorta C, Fenizia C, et al. UV-C irradiation is highly effective in inactivating and inhibiting SARS-CoV-2 replication. medRxiv. 2020 Jun 23. Available from: https://doi.org/10.1101/2020.06.05.20123463.
  45. US Centers for Disease Control and Prevention. Decontamination and reuse of filtering facepiece respirators. Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services; 2020 [updated Apr 30]; Available from: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/ppe-strategy/decontamination-reuse-respirators.html.
  46. Fischer R, Morris DH, van Doremalen N, Sarchette S, Matson J, Bushmaker T, et al. Assessment of N95 respirator decontamination and re-use for SARS-CoV-2. Emerg Infect Dis. 2020 Sep;26(9). Available from: https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/9/20-1524_article.
  47. Raeiszadeh M, Adeli B. A critical review on ultraviolet disinfection systems against COVID-19 outbreak: applicability, validation, and safety considerations. ACS Photonics. 2020 2020/11/18;7(11):2941-51. Available from: https://doi.org/10.1021/acsphotonics.0c01245.
ISBN 978-1-988234-54-0
Citation O’Keeffe J, Freeman S, Nicol A. National Collaborating Centre for Environmental Health (NCCEH). The Basics of SARS-CoV-2 Transmission. Vancouver, BC: NCCEH. 2021 Jan.
Publication Date Jan 21, 2021
Auteur Juliette O'Keeffe, Shirra Freeman, Anne-Marie Nicol
Posted by NCCEH Jan 21, 2021