Communautés autochtones et résilience en cas de catastrophe

Printer Friendly, PDF & Email

Les territoires traditionnels habités par les peuples des Premières Nations peuvent être touchés de manière particulièrement dure par toutes sortes de situations d’urgence et de catastrophes comme des inondations, des feux de forêt et des déversements de pétrole brut. Plusieurs facteurs clés peuvent ici entrer en jeu, comme :

  • discordance entre, d’une part, la gouvernance autochtone et les savoirs traditionnels et, d’autre part, les mesures d’intervention imposées qui risquent de négliger les compétences locales et de rappeler des pratiques coloniales qui ont laissé leurs marques.
  • des difficultés logistiques en ce qui a trait à la prestation de services d’urgence dans les communautés éloignées ou isolées;
  • le caractère inégal des ressources techniques et administratives locales, ce qui influence la participation aux interventions et aux opérations de récupération;
  • le manque de confiance et l’héritage du colonialisme, qui nuisent à la coordination ou à la collaboration lors des interventions, ce qui peut influencer le recours aux services de santé;
  • le caractère central des écosystèmes locaux en tant que source de nourriture et d’autres composantes nécessaires au bien-être économique, socioculturel, spirituel et physique des communautés. (Richmond et Ross, 2009);
  • les profondes iniquités sociales et en matière de santé, qui peuvent accroître la vulnérabilité des communautés autochtones face aux conséquences sur la santé physique et mentale et nuire à leur capacité de réagir (Reading et Wein, 2013).

Malgré ces défis, certaines communautés autochtones ont vu les sinistres comme une occasion de progresser sur la voie de l’autodétermination et de la décolonisation en prenant en charge les interventions, en clarifiant des questions de compétence, en adoptant les méthodes autochtones pour la guérison, et en élaborant des plans d’urgence et des accords avec les gouvernements provinciaux et fédéral. Citons en exemple le récent protocole d’entente sur la gestion des urgences de 2019, qui reconnaît les Premières Nations de la Colombie-Britannique comme des « partenaires à part entière dans la gouvernance et la gestion des mesures d’urgence ». Ces réussites sont des exemples prometteurs pour les autres communautés autochtones, et elles suggèrent des approches utiles à des communautés non autochtones qui interviennent lors de sinistres.

Le but de cette page thématique est de fournir aux communautés autochtones et aux professionnels de la santé environnementale des ressources qui décrivent l’état actuel des interventions d’urgence à l’échelle communautaire, provinciale et fédérale en contribuant à leur amélioration. On y présente des études de cas pour montrer les failles des pratiques courantes (p. ex., effets d’une évacuation sur les liens de parenté et les activités dans la nature). Finalement, nous y avons ajouté des rapports qui font état d’événements passés dans des communautés autochtones et qui constituent des exemples inspirants pour les communautés autochtones et non autochtones qui cherchent à se rétablir après un sinistre.

Nous vous invitons à consulter nos autres ressources sur les urgences en santé publique environnementale :

Ressources du CCNSE

  • Supporting Indigenous communities during environmental public health emergencies (Eykelbosh et coll., 2018)*
    Cet article présente des éléments d’information importants pour les praticiens en santé publique qui participent à des interventions d’urgence dans une communauté autochtone ou sur un territoire traditionnel autochtone. Il est basé sur les leçons tirées du déversement de pétrole du Nathan E. Stewart sur le territoire des Heiltsuk, et décrit la perspective des dirigeants de la communauté et celle des praticiens en santé publique qui ont pris part à l’intervention.
     
  • Health effects of oil spills: implications for impacted First nations communities (CCNSE, 2017)*
    Cette présentation, donnée au 1er Colloque national du Centre du savoir sur mesure (CESAM), contient des données tirées d’études universitaires menées durant le déversement de pétrole de l’Exxon Valdez et le déversement de diesel qui a eu lieu récemment sur le territoire des Heiltsuk, au centre de la côte de la Colombie-Britannique..
     
  • Community impacts of fuel spills: a case study from BC’s northern coast (CCNSE, 2016)*
    Ce présenté par Marilynn Slett, conseillère en chef (nation Heiltsuk), Linda Pillsworth (Régie de la santé des Premières Nations) et Angela Eykelbosh (CCNSE), Ph. D., porte sur l’intervention des autorités de santé publique et environnementale à la suite du déversement marin de diesel survenu près de Bella Bella le 13 octobre 2016..

Ressources externes

Communautés autochtones et résilience en cas de catastrophe : rôles et responsabilités actuels

  • Gestion des urgences (Services Autochtones Canada, 2019)
    Cette page Web explique les rôles et les responsabilités des collectivités et des organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux lors des urgences et présente des ressources sur les feux de forêt et les inondations.
  • Indigenous emergency management: building resiliency together (Sécurité publique Canada, 2017)*
    Cette présentation offre un survol d’une rencontre qui, en mai 2017, a rassemblé des chefs autochtones et des ministres des gouvernements, fédéral, provinciaux et territoriaux. L’objectif était de s’entendre sur les manières de stimuler l’engagement et le développement des compétences dans les communautés autochtones.
  • Gestion des urgences dans les réserves des Premières Nations (Collier, 2015)
    Cette étude décrit les rôles et responsabilités des gouvernements autochtones, provinciaux et fédéral quant à la gestion des urgences dans les réserves. Elle tient aussi compte des difficultés et des préoccupations en la matière.

Situations d’urgence : préparation, intervention et rétablissement

  • Emergency management (First Nations’ Emergency Services Society, 2019)*
    Ce site Web présente une méthode grâce à laquelle les communautés des Premières Nations peuvent élaborer des plans d’intervention. En outre, il fournit des liens vers diverses ressources qui peuvent les assister dans l’accomplissement de cette tâche et indique comment la FNESS peut leur offrir une aide directe.
  • First Nations emergency management resource and information package (Emergency Management British Columbia, 2018)*
    Cette trousse d’information à l’attention des communautés des Premières Nations est conçue pour fournir des ressources d’aide à la gestion locale des urgences. Elle comprend une foire aux questions, des éléments à tenir en compte lors de l’élaboration de plans d’urgence et d’évacuation, des outils d’aide à la planification du retour et du rétablissement ainsi que des renseignements sur les ressources de PreparedBC et les coordonnées des bureaux régionaux d’Emergency Management British Colombia (EMBC). EMBC offre aussi une trousse complémentaire sur le rétablissement destiné aux autorités locales et aux communautés autochtones (2018). Elle vise à les aider à établir un plan de rétablissement à la suite d’une catastrophe. Conçue dans la foulée de la saison des crues et des feux de forêt de 2017, elle comprend des conseils sur le rétablissement de la collectivité, la réparation des infrastructures, la démobilisation et la gestion des débris.
  • Creating a world-leading response system (Indigenous Marine Response Centre, Heiltsuk Tribal Council, 2017)*
    Si les lendemains du déversement de pétrole du Nathan E. Stewart nous ont appris quelque chose, c’est que les ressources du centre de la côte de la Colombie-Britannique en matière d’intervention sont insuffisantes et mettent la sécurité des gens en péril. Ce rapport cerne les besoins les plus urgents en matière de développement des capacités de réaction et offre une réponse avec le plan d’établissement de l’Indigenous Marine Response Centre (IMRC) près de Bella Bella. Il est assorti d’un
    rapport d’enquête qui décrit les 48 heures qui ont suivi le naufrage du Nathan E. Stewart et le déversement subséquent, ainsi que les efforts déployés par les Heiltsuk pour y réagir et l’aide fournie par d’autres organisations.
  • Planificacion de la résilience face aux catastrophes en milieu autochtone (Justice Institute of BC, 2015)
    Ce guide aide les planificateurs communautaires dans le processus qui vise à évaluer la résilience, puis à monter et à mettre en œuvre un plan à cet effet. En plus du guide, le site Web collige de nombreuses
    ressources, notamment des outils et des stratégies d’évaluation en ce qui a trait à la résilience des collectivités face aux catastrophes et à l’analyse du danger ainsi que des renseignements sur la gestion des urgences en milieu autochtone pour chaque territoire et province. Une trousse d’outils sur les savoirs traditionnels préconise aussi l’art du récit et les cercles de discussion pour favoriser la passation de ce type de connaissances.
  • Responding to the needs of Indigenous children in humanitarian context (Aide à l’enfance, 2014)*
    Cette présentation, faite pour la première fois en 2014 à l’occasion du Colloque annuel du Réseau canadien d’étude des risques et dangers, décrit les besoins particuliers des enfants autochtones qui ont subi un déplacement ou d’autres conséquences d’une catastrophe, ainsi que les moyens de les aider.

Regarder en avant : communautés autochtones et enseignements tirés

  • A First Nation Framework for Emergency Planning: A Community-Based Response to the Health and Social Effects from a Flood (Montesanti et coll., 2019) *
    Cet article décrit la réponse de la Nation des Siksika à l’inondation de 2013 dans le sud de l’Alberta, et l’élaboration d’un plan de mieux-être communautaire fondé sur une vision autochtone holistique de la santé. L’un des éléments clés : la Nation des Siksika avait préalablement élaboré son plan de mesures d’urgence en temps de paix, inspiré de savoirs traditionnels. Ainsi, elle a pu réagir rapidement et de façon indépendante, ce qui aurait grandement contribué à la résilience de la communauté. Cette ressource particulièrement utile fait état des principaux aspects à considérer lors de sinistres touchant des communautés autochtones et décrit un cadre de planification des mesures d’urgence. (***Also for Psychosocial effects page.)
  • The Fires Awakened Us: Tsilhqot’in Report – 2017 Fires  (Verhaeghe et coll., 2019)*
    Ce rapport fait état des défis et des réussites de la Première Nation Tsilhqot'in durant les feux de forêt de 2017 en Colombie-Britannique. On y présente un certain nombre des principaux problèmes ainsi que 33 appels à l’action qui visaient à augmenter la capacité d’intervention en situation d’urgence, à promouvoir la résilience et à répondre à des problèmes relevant de la compétence de la Première Nation. Le rapport décrit également l’établissement d’un accord de collaboration tripartite sur la gestion des urgences entre la Nation Tsilhqot’in, la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral en 2017.
  • Trial by fire: Nadleh Whut’en and the Shovel Lake Fire, 2018 (Sharp et Krebs, 2018)*
    Ce rapport présente les défis auxquels a été confrontée la Première Nation Nadleh Whut’en et les approches efficaces qu’elle a employées pour combattre le feu de Shovel Lake. Il propose aussi des recommandations pour gérer les problèmes des communautés liés à la communication, à la prise de décision, à la lutte contre l’incendie, à l’évacuation et au rétablissement.
  • Rebuilding Resilient Indigenous Communities in the RMWB: Final Report (Clark, 2018)*
    Ce rapport décrit les expériences vécues par les Métis et les Premières Nations durant et après le feu de Horse Creek en 2016. Il offre des recommandations pour améliorer la gestion des urgences dans les communautés autochtones, et aspire ainsi à promouvoir la réconciliation entre les partenaires autochtones et non autochtones, une étape essentielle pour augmenter la résilience de la municipalité régionale de Wood Buffalo.
  • Addressing the new normal: 21st century disaster management in British Columbia (BC Flood and Wildfire Review, 2018)*
    Cet examen stratégique évalue les interventions du gouvernement à la suite des inondations et des feux de forêt de la saison 2017. Le document rend compte de consultations menées auprès de personnes et de collectivités autochtones et non autochtones, ainsi qu’avec des organismes et d’autres parties prenantes, dans le but de colliger les points de vue d’un vaste éventail d’intervenants touchés.
     
  • Naître des cendres: Réinventer la sécurité-incendie et la getion des urgences dans le collectivités autochtones (Rapport du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, 2018)
    Ce rapport résume les conclusions d’une étude sur les interventions et les effets à long terme des feux de forêt de l’été 2017 dans les communautés autochtones. Il aborde aussi la sécurité incendie sur les réserves, les besoins en matière de ressources, d’outils et de formation ainsi que les failles importantes dans l’approche actuelle en matière de gestion des urgences dans les communautés des Premières Nations. On y trouve aussi les recommandations dégagées par l’étude, lesquelles portent sur la sécurité incendie, la prévention, le financement, les normes en matière de protection contre les incendies et la collecte de données.
  • Asking for a Disaster: Being “At Risk” in the Emergency Evacuation of a Northern Canadian Aboriginal Community (Scharbach et Waldram, 2016)
    Cet article explique la façon dont les étiquettes de « vulnérabilité » et de « risque accru » ont permis l’évacuation en priorité des membres malades et handicapés de la communauté. Cette compréhension du risque et de la façon d’« aider » le mieux possible la communauté a eu l’effet indésiré de séparer des familles et de déstabiliser l’équilibre social de la communauté. En effet, l’approche adoptée a causé le retrait des aînés pendant une période particulièrement difficile pour les membres qui se sont vus relogés dans un environnement inconnu.

 

*En anglais seulement.

Cette liste ne se veut pas exhaustive; une ressource peut donc être pertinente sans s’y retrouver.

Last updated Sep 21, 2019